AccueilImmobilier-TP-BâtimentLa FNAIM confirme la bonne santé du marché immobilier lyonnais

La FNAIM confirme la bonne santé du marché immobilier lyonnais

Au même titre que le marché du tertiaire, le marché immobilier résidentiel lyonnais affiche depuis quelques années des performances records. Et 2018 n'a pas échappé à la règle.
La FNAIM confirme la bonne santé du marché immobilier lyonnais
Photo DR - Agence FNAIM à Lyon

EconomieImmobilier-TP-Bâtiment Publié le ,

D'année en année, Alexandre Schmidt, le président de la FNAIM du Rhône, a la terrible impression de se répéter lorsqu'il dresse le bilan de l'année écoulée. « Nous avons battu un nouveau record en 2018, se réjouit-il. L'année a été dynamique et nous avons comptabilisé, sur le territoire de notre Chambre, quelque 26 300 ventes de logements à fin novembre, soit une hausse de 3,1 % en un an. » Le nombre de transactions progresse pour la quatrième année consécutive et sur dix ans l'augmentation s'établit à 39,9 %.

Dans le même temps, les prix restent également orientés à la hausse. Sur le marché de l'existant, ils ont encore augmenté de 5,1 % dans le Rhône au cours de l'année écoulée, pour s'afficher en moyenne à 3 223 € / m2. « C'est tout à fait logique, analyse Alexandre Schmidt. La demande est forte, donc les prix continuent de progresser. Le phénomène est d'ailleurs particulièrement sensible à Lyon, qui concentre le plus grand nombre de demandes et où les prix ont grimpé de 7,4 %, pour finir l'année 2018 à 4 003 € / m2. »

Conséquence inévitable de cette forte dynamique, le pouvoir d'achat immobilier des acquéreurs a encore diminué en 2018. A Lyon, ces derniers ont perdu en moyenne 3,6 m2 pour une même enveloppe d'acquisition. « En moyenne, avec un budget de 160 000 €, ils peuvent aujourd'hui s'offrir un appartement de 40 m2, constate le président de la FNAIM du Rhône. Toutefois, le pouvoir d'achat des ménages reste supérieur à celui qu'ils avaient en 2010. »

Les acquéreurs investisseurs, quant à eux, peuvent toujours se réjouir des performances du marché immobilier lyonnais, qui leur assure désormais un revenu locatif brut de 4 %. « Quand le Livret culmine à 0,75 % et que le rendement de l'Assurance vie plafonne à 2,1 % selon la GMF, l'immobilier reste incontestablement le meilleur placement, s'enthousiasme Alexandre Schmidt. D'autant que le délai médian de relocation s'inscrit aujourd'hui à 44 jours, ce qui fait de Lyon une des villes les plus favorisées à ce niveau, juste derrière Rennes et Lille. »

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?