AccueilCultureSpectacle vivantLa fin du monde est pour dimanche

La fin du monde est pour dimanche

Avec ce spectacle existentiel, drôle et mélancolique, François Morel dit quelque chose de la vie qui passe.
La fin du monde est pour dimanche

CultureSpectacle vivant Publié le ,

Depuis deux ans, François Morel, annonce que La fin du monde est pour dimanche. Heureusement pour nous, il est meilleur auteur et acteur que prévisionniste ! Car, depuis qu’il a pris goût à l’écriture, le plus connu et le plus populaire des ex-Deschiens aime sillonner les mers de la sagesse. D’ailleurs, avec son sourire bienveillant, son allure de grand frère protecteur, on lui donnerait le bon Dieu sans confession.


Avec une pointe d’humour et un zest d’ironie, une élégance dont il ne se départit jamais, ce faux rêveur touche aux choses sérieuses sans en avoir l’air. Dans ce spectacle, il brosse une série de portraits de famille, endosse les habits de personnages que vous pourriez croiser au coin de la rue. Suivant le fil conducteur de la complainte d’Anna Karina, dans Pierrot le fou de Jean-Luc Godard, « qu’est-ce que je peux faire, j’sais pas quoi faire », François Morel aborde les thèmes éternels de l’homme confronté au temps qui passe.


Mis en scène par Benjamin Guillard, La fin du monde est pour dimanche dit, avec le sourire et un brin de mélancolie, quelque chose de la vie qui passe et des rencontres qui donnent le sourire


Radiant Bellevue, 30 et 31 mars à 20h30

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?