Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

La filière aéronautique a décollé dans la région Auvergne Rhône-Alpes

le - - Industrie

La filière aéronautique a décollé dans la région Auvergne Rhône-Alpes
© : DR

Réalisée dans l'aéronautique, au sein de l'Aerospace cluster, la fusion du potentiel industriel des deux anciennes Régions voisines s'est exprimée lors de la 2ème Convention Industrie Aéronautique en Rhône-Alpes Auvergne.

Pour François Bergez, Président d’Aerospace Cluster Rhône-Alpes Auvergne, le doute n’est plus permis La filière aéronautique régionale vole en haute altitude et ses acteurs industriels ont réalisé un travail formidable au cours des dernières années dans le cadre du Programme Performances Industrielles du GIFAS. Cette action s’est traduit par la constitution de 8 grappes, déployées sur l’ensemble du territoire Auvergne Rhône-Alpes, impliquant 55 PME régionales autour d’un groupe de leaders technologiques : Aubert et Duval, Crouzet, Dassault Argonay, Fly-By-Wire, Safran LPS (Technofan), Thales, Vision Systems, Zodiac Aerotechnics.

La 2ème Convention Industrie Aéronautique en Rhône-Alpes Auvergne, organisée en janvier au siège de la CCI de Région, a démontré l’impact des actions mises en œuvre, au sein des entreprises de la filière aéronautique, pour améliorer la performance industrielle des PME. Devant plus de 140 personnalités, Marwan Lahoud, Président du GIFAS, a rappelé les enjeux de performance et d’innovation auxquels l’ensemble des acteurs de la filière aéronautique doivent répondre. « Il est extrêmement important pour l’industrie aéronautique française de conserver l’avance technologique qu’elle a su s’octroyer ces dernières années », a-t-il indiqué.

Un discours repris par Marc Duval Destin, tête de région pour le programme Performance Industrielle, qui a mis en exergue l’excellence du travail accompli et la dynamique impulsée par le cluster. Ainsi, a-t-il fait remarquer, « dans le cadre de ce programme, la réduction moyenne des retards de livraison s’est encore accélérée en 2015 ». Dans le même temps, la réduction moyenne de la profondeur de retard a été ramenée à  55%, soit un nouveau gain de plus de 8 jours de retard, et la réduction moyenne de la non qualité, c’est-à-dire le retour en usine, est à 65%. « Nous devons absolument poursuivre cette dynamique de progrès, seule susceptible de nous faire gagner de nouveaux marchés », a conclu François Bergez.

 




Jacques DONNAY
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer