AccueilCollectivitésLes végétaux du futur poussent à Charly

Les végétaux du futur poussent à Charly

En partenariat avec le Centre de ressources de botanique appliquée, l'Institut Vavilov de Saint-Petersbourg, quatrième banque de semences mondiale, a ouvert à Charly, la ferme Melchior, la première station d'expérimentation dans le monde des végétaux du futur.
Les végétaux du futur poussent à Charly
Sur l'ancien domaine agricole Melchior Philibert à Charly, la Ferme Melchior expérimente la biodiversité cultivée.

Collectivités Publié le ,

Le plus ancien conservatoire de semences du monde se trouve en Russie et conserve et reproduit depuis 1894 quelque 326 000 variétés de graines du monde entier. Un véritable sanctuaire, quand on sait que sous l'effet de l'industrialisation, 80% des légumes cultivés il y a 50 ans ont aujourd'hui disparu. L'institut Vavilov redistribue gratuitement ce patrimoine génétique avec pour enjeu de développer au maximum la biodiversité cultivée de manière à repérer les variétés résistantes aux changements climatiques et aux maladies, puiser dans l'histoire les ressources pour répondre aux défis alimentaires de demain.

Aux côtés du Centre de Ressources de Botanique Appliquée (CRBA), le fonds de dotation De Natura, l'association Perma'Cité et l'entreprise de paysage Tarvel s'engagent dans ce projet de coopération franco-russe pour soutenir l'Institut dans ses missions et ses convictions.

C'est à la Ferme Melchior, sur l'ancien domaine agricole Melchior Philibert à Charly, que ce projet de recherche expérimentale d'envergure vient de s'ouvrir. Sur un terrain de 3,5 ha, pousseront des variétés très diverses et parfois très anciennes. Un millier d'arbres fruitiers vont être plantés mais aussi plusieurs centaines de variétés de légumes, céréales, herbes aromatiques dont certaines ont près de cinq siècles. Vont ainsi faire leur retour, le maïs de Bresse, les haricots nains de Lyon ou encore, le chou pommé quintal d'Auvergne.

"Nous avons choisi des variétés résistantes, qui attirent les insectes auxiliaires, explique Stéphane Crozat, ethno-botaniste, directeur du CRBA. La seule solution pour faire face au réchauffement climatique est de multiplier au maximum la diversité végétale. Depuis la deuxième guerre mondiale, les semenciers et l'agriculture industrielle ont fait exactement le contraire. En ne faisant progresser que les rendements, ils ont spécialisé la génétique et oublié la diversité".

Financée pour débuter à hauteur de 200 000€ dont 50% par la Métropole de Lyon, les fonds propres du CRBA et du mécénat privé, la ferme Melchior comprendra également un centre de documentation, une pépinière et une boutique. Elle sera ouverte au public avec une mission pédagogique à destination des scolaires et des jardiniers invités à se lancer dans la reproduction de variétés. Les graines seront distribuées gratuitement avec une formation spécifique permettant de les utiliser au mieux.

Par ailleurs, le projet prévoit l'ouverture en France d'une série de jardins Vavilov connectés pour étendre ses recherches et étudier le comportement des semences cultivées dans divers environnements. Le premier avait été inauguré en 2016 sur le site du siège du groupe Seb à Ecully. D'autres ont fleuri, comme à la Chartreuse de Neuville près du Touquet, ou sont en germe comme à Lille.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?