AccueilCollectivitésRhône / Argent public : la dissolution de Canol signe la disparition d’un contre-pouvoir

Rhône / Argent public : la dissolution de Canol signe la disparition d’un contre-pouvoir

Face à un constat d’échec, l’association des Contribuables Actifs du Lyonnais (Canol) a fait le choix de s’auto-dissoudre. Ses adhérents dénoncent une justice administrative qui protège les administrations au détriment des citoyens.
Rhône / Argent public : la dissolution de Canol signe la disparition d’un contre-pouvoir
© Séverine Renard - Le combat de Canol dans le dossier des excédents de TEOM perçus par le Grand Lyon a porté le coup fatal à l'association.

Collectivités Publié le ,

A Lyon et dans le Rhône, l’aventure de Canol vient de prendre fin après 22 ans de combat contre le gaspillage de l’argent public. L’association a voté sa dissolution après avoir été contrainte de constater "l’impossibilité de changer les choses".

"La justice administrative protège les administrations dès que les enjeux sont importants. Les préjudices subis ne sont jamais réparés et les élus ne sont jamais sanctionnés" , assène Michel Vergnaud, fondateur et vice-président de Canol.

Un arrêté du Conseil d'Etat décourage Canol

Canol fait cet état des lieux après la décision rendue par le Conseil d’Etat le 22 octobre 2021 dans le dossier des excédents de TEOM (Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères) perçus par le Grand Lyon.

En effet, le Conseil d’Etat a publié un arrêt rejetant un jugement de la Cour administrative d’appel de Lyon favorable à Canol.

"Le Conseil d’Etat a ainsi désavoué son propre rapporteur qui s’était prononcé en faveur de Canol alors que l’avis de celui-ci est suivi dans plus de 90 % des cas", souligne Robert Cambet, président de Canol. Ce dernier coup de massue a donc été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

Une cinquantaine d’actions en justice

Durant deux décennies, l’action de Canol a permis d’informer les habitants sur le fonctionnement des collectivités et d’alerter sur les dérives et dépenses faramineuses.

Non-respect des 1 600 heures légales de travail des agents de la Ville de Lyon et du Grand Lyon, achats de places de match de l’OL par le Conseil général du Rhône, dépassement du coût de construction du Musée des Confluences, sous-évaluation du prix de vente de l’ancienne gendarmerie de Tarare… ont ainsi été dénoncés.

Faute de résultat face à "une justice administrative organisée pour dissuader les citoyens de demander des comptes à leur administration", Canol a fait le choix de baisser le rideau.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 15 janvier 2022

Journal du15 janvier 2022

Journal du 06 janvier 2022

Journal du06 janvier 2022

Journal du 01 janvier 2022

Journal du01 janvier 2022

Journal du 23 décembre 2021

Journal du23 décembre 2021

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?