AccueilSantéLa confiture, un art millénaire

La confiture, un art millénaire

« C'est dans l'Histoire Naturelle de Pline l'Ancien, en l'an 73 après J.-C., qu'apparaissent les premiers écrits s'apparentant à des recettes de confitures », peut-on lire sur le site de la Reine de Cornouaille, qui commercialise des confitures traditionnelles.
La confiture, un art millénaire
PHOVOIR

Art de vivreSanté Publié le ,

« Les fruits sont alors principalement cuits dans du miel. »Toutefois, « il faudra attendre le Moyen Age et les premières croisades pour voir leur introduction en Occident ». Venu du monde arabe, le sucre de canne est alors importé.

Par la suite, Nostradamus deviendra l’un des plus célèbres confituriers, en publiant en 1555 Le Traité des fardements et des confitures. Il y décrit en détail « les ingrédients et ustensiles nécessaires à l'élaboration de différentes recettes de confitures de fruits. Mais aussi de plantes ».

« La confiture naît avant tout d'un besoin de conservation des fruits les plus fragiles après la cueillette », rappelle le site de la Reine de Cornouaille. « Les germes, responsables de la détérioration des fruits dans le temps, sont ainsi détruits par l'ajout de sucre qui en stoppe le développement. » Alors, confiture à la fraise, à la framboise, à la poire… Vous pouvez utiliser tous les fruits pour votre préparation. Les associations sont aussi possibles. Entre des fruits très sucrés et d’autres plus acides, comme la rhubarbe ou le coing. Vous obtiendrez ainsi des saveurs surprenantes.

Pour les déguster, la tartine du petit-déjeuner est la plus attendue. Mais vous pourrez aussi sortir un pot pour agrémenter un plateau de fromages. Sachez par exemple que les fromages de brebis se marient à la perfection avec la griotte. La confiture de poires est idéale avec le roquefort. Quant à la force du munster, elle sera équilibrée par une confiture de quetsches.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?