AccueilCollectivitésLa Chapelle de l'Hôtel-Dieu fait peau neuve

La Chapelle de l'Hôtel-Dieu fait peau neuve

La Chapelle de l'Hôtel-Dieu fait peau neuve
© : DR

Collectivités Publié le ,

Le week-end dernier, le Concert de l’Hostel Dieu est revenu dans la chapelle qui a porté cet ensemble baroque lyonnais sur les fonts baptismaux en 1992. Franck-Emmanuel Comte a retrouvé les lieux « dans leur jus, comme si je remettais de vieilles pantoufles qui m’attendaient à l’entrée ». Le fondateur et chef de la formation baroque, qui avait gardé « un souvenir très précis de l’acoustique » n’était pas là par hasard. engagée dans un projet de travaux de rénovation, la Chapelle de l’Hôtel-Dieu a besoin de fonds pour financer les travaux. Outre les 5 € versés pour chaque billet vendu, ce concert visait à donner de la lisibilité à ce monument érigé au XVIIe siècle et à séduire les mécènes.

« Nous avons lancé une souscription », rappelle Sergueï Piotrovitch D’Orlik, chargé de mission auprès des Hospices civils de Lyon en charge du suivi de ce projet. Seules trois des dix chapelles ont, jusqu’à présent, été restaurées. Nous avons dépensé 1,8 M€, dont 60 % financés par des mécènes. Nous espérons en rénover une à deux par an ». Pour cela, il faut encore trouver quelque 4 M€. Et ces travaux ne tiennent pas compte du coût de restauration de l’orgue et de la sacristie. « A raison de 250 000€ par chapelle, les travaux peuvent aller très vite. Il suffit d’avoir le nerf de la guerre. Idéalement, il faudrait que les travaux soient achevés en 2018 pour dévoiler la chapelle en même temps que sera inauguré le site de l’Hôtel-Dieu ».

En attendant, cette chapelle sacrée, placée sous l’autorité du sanctuaire Saint-Bonaventure, accueille un curé pour la messe dominicale et offre la possibilité à des associations d’organiser des concerts de mai à septembre, car durant cette période, le public peut se passer de chauffage. Ces rendez-vous en pointillés maintiennent la flamme autour d’une perle du baroque qui fait partie des bijoux du patrimoine lyonnais.

Aux sources du concert de l’Hostel Dieu

Pour des raisons d’esthétique musicale et une jauge limitée à 150 places, tous les concerts ne sont pas les « bienvenus » à la Chapelle de l’Hôtel-Dieu. Ces conditions ne freinent pas les ardeurs de Franck-Emmanuel Comte. « Nous préparons une convention qui nous liera à la Bibliothèque municipale pour valoriser les fonds anciens, précise le chef d’orchestre. Je voudrais tendre un fil musical entre l’histoire de Lyon, la chapelle de l’Hôtel-Dieu et l’ancienne chapelle de la Charité (place Antonin Poncet) où, je vous le rappelle, a enseigné un certain Monsieur de Sainte Colombe (personnage joué par Jean-Pierre Marielle dans Tous les matins du monde, film d’Alain Corneau avec Gérard Depardieu ndlr.) ». Le démarrage de ce projet, en 2017, coïncide avec 25ème anniversaire du Concert de l’Hostel Dieu.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?