AccueilFinancesLa CERA gagne des parts de marché

La CERA gagne des parts de marché

La Caisse d'Epargne Rhône Alpes, qui clôture son exercice sur un pnb en hausse de 1,1 %, maintient le cap sur l'agence innovation et l'incubateur de start-up.
La CERA gagne des parts de marché
© : DR - Stéphanie Paix entourée des membres du directoire de la Caisse d'Epargne Rhône Alpes

EconomieFinances Publié le ,

Dans un contexte marqué par des taux historiquement bas et une progression inhabituelle des dépôts à vue (+ 14 %), la Caisse d’Epargne Rhône Alpes gagne des parts de marché. La banque clôture l’exercice 2015 sur une collecte en progression de 2 %, à 40,4 Md€. Les encours de crédits progressent eux aussi de 13,2 %, à 22,4 Md€ (+ 26 % pour les crédits immobiliers) Dans ce contexte, les ratios sont globalement bien orientés en dépit d’un recul de 11,8 % du résultat net, à 130,4 M€, justifié par les investissements dans la Banque du Léman et les premiers amortissements de la Tour Incity.


Le Pnb s’affiche à 713,8 M€, en progression de 1,1 % seulement en raison du repli de la marge d’intermédiation liée aux renégociations des taux. Les frais de gestion progressent de 1,7%, à 429 M€, dégradant légèrement le coefficient d’exploitation qui augmente de 0,4 points, à 60,1 %. Le coût du risque (74,3 M€) augmente de 16,5 % mais n’inquiète pas Stéphanie Paix, président du directoire, qui l’explique en partie par des changements de calculs sur les provisions collectives. Avec 2,9 Md€ de capitaux propres, la banque de l’Ecureuil a les reins plus que solides.


Autre tendance notable, accentuée en ce début d’année 2016, le retour du financement de projets industriels et commerciaux. Elle coïncide avec la montée en puissance de l’agence innovation (10 M€ d’encours de crédits accordés à une quarantaine de start-up) et du lancement de l’incubateur, baptisé B612 (nom de la planète du Petit Prince de Saint-Exupéry). Les premières jeunes pousses, surtout celles qui interviennent dans les fintech, imposent leur griffe et parrainent les nouveaux venus. « Nous réfléchissons à la mise en place d’un comité d’investissement », avance Stéphanie Paix qui a fait de ce projet une priorité.


Rappelons que, sur 300 agences et 6 centres d’affaires, la CERA emploie 3 000 salariés et gère les comptes de près de 2 millions de clients.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?