AccueilEconomieLa CCI au combat malgré ses difficultés financières

La CCI au combat malgré ses difficultés financières

En pleine crise covid, alors que les ressortissants de la CCI Lyon-Saint-Etienne-Roanne redécouvrent, pour beaucoup, l'utilité majeure de leur chambre consulaire, celle-ci vit une crise de financement interne, qui doit mener à la suppression de 60 à 80 postes.
La CCI au combat malgré ses difficultés financières

Economie Publié le ,

« Alors que le redressement était en cours, le deuxième confinement a porté un coup d'arrêt violent à de nombreux secteurs, indique le président Philippe Valentin de la CCI Lyon-Saint-Etienne-Roanne. Les CCI d'Auvergne-Rhône-Alpes passent un grand nombre d'appel sortants auprès des chefs d'entreprise, et le constat révèle une situation difficile et très disparate. En médical, informatique, équipement, on surperforme. En revanche, 8 % des entreprises interrogées connaissent des chutes de plus de 50% de leurs chiffres d‘affaires sur ce deuxième confinement ; 12 % d'entre elles sont à zéro activité, notamment l'évènementiel et ses sous-traitants (300 000 emplois sur le territoire CCI) à l'arrêt depuis le début, et qui seront probablement les derniers à reprendre […]. »

Un tiers des investissements annulé

En termes d'investissements des entreprises, un tiers serait annulé selon la CCI, un tiers serait revu à la baisse, un tiers est maintenu « Sur le plan de l'endettement, complète Philippe Valentin, les dispositifs d'aides ont été à la hauteur du séisme, c'est « l'après » qui va être très dangereux pour les entreprises. L'écosystème est sous perfusion. Début 2021, on va commencer à voir les effets de cette perte des aides publiques […] il va falloir « débrancher» en douceur le plus possible, conseille le président de la CCI, sinon l'endettement va mener à des créances douteuses pour les banques, à des défaillances d'entreprises en cascade […] Malgré tout, une cinquantaine d'entrepreneurs appellent chaque jour la CCI pour des projets de créations, le forum des entreprises en digital a connu un record à 4700 participants à distance […]ce qui nous laisse à penser que la reprise sera présente en fonction du calendrier sanitaire qui a été fourni par Emmanuel Macron. […]»

Chaque jour, la CCI accompagne 600 chefs d'entreprises, par téléphone, par visio-conférence, par mail, et rendez-vous physiques (250 appels de chefs d'entreprise par jour). Elle joue le rôle de centralisateur d'informations et de relais vers les différentes aides et dispositifs des collectivités et de l'Etat. Elle a aussi une fonction d'écoute : « Des chefs d'entreprises au plus mal, concède Philippe Valentin, on nous parle de suicide . »

100 000 chefs d'entreprises connectés

En cumulé, c'est une audience de 100 000 chefs d'entreprises qui s'informent et échangent via le site et les réseaux sociaux de la CCI.

Le top 3 des questions porte sur le fonds de solidarité ou comment l'obtenir (quel montant ai-je droit ?) ; des questions sur le digital ; et « quelles sont les aides concernant mon activité ? ».

Plus de 1700 entreprises ont été contactées par la CCI mandatée par l'Etat dans le cadre du plan de relance : « Le plan de 100 milliards au niveau national, bénéficie à hauteur de 10 milliards dans notre région. Notre rôle est d'informer les entreprises sur la façon d'en bénéficier via l'Ademe, la BPI etc. Ainsi nous avons un rôle de plus en plus en connexion avec les réseaux économiques, et une connaissance de plus en plus fine des entreprises […] 150 conseillers vont au contact des entreprises… ».

La CCI qui a mis en place au premier confinement le dispositif Care (comité de relance des entreprises) a noué une quarantaine de partenariats avec les autres organismes consulaires, des collectivités etc. et intensifie son lobbying auprès des élus parlementaires, des grands élus des collectivités (métropoles, région, départements…) et des banques .

« L'entreprise » CCI connaît la crise

La chambre de commerce et de l'industrie de Lyon-Saint-Etienne-Roanne, comme les autres, connaît une crise, due principalement à la raréfaction de ses financements, depuis plusieurs années.

A Lyon, une centaine de postes étaient encore menacées récemment (50% de la masse salariale), un chiffre revu à la baisse, autour de 60 à 80, vendredi dernier, dans les propos du président Philippe Valentin :

« La masse salariale est le dernier poste que nous voulions toucher, nous avons travaillé sur tout pour réaliser des économies, dans les frais généraux, les actifs, etc. »

Un budget de la CCI « à l'os »

Les financements d'Etat baisse d'année en année, Philippe Valentin emploie des mots pudiques tels que « transformation », « transition », mais c'est un changement drastique, qui va certainement réduire les marges de manœuvre des CCI et les budgets « à l'os » .

Parallèlement, les chambres essaient de compenser par la vente de services, mais le compte n'y est pas : « Les ressources d'Etat ont baissé de l'ordre de 75%, ce sont 50% du « chiffre d'affaires », aucune entreprise ne pourrait tenir dans ses conditions […] Dès 2019, nous avions démarré les opérations pour faire face et informé les collaborateurs […] la crise covid est arrivée, et a entraîné la chute des subsides issus des dividendes de l'aéroport, d'Eurexpo etc. Ce sont 8 M€ supplémentaires de perdus […]. »

Les mesures d'économie en cours, sont destinées tout bonnement à sauver la maison CCI. Cependant, avec la crise sanitaire, chacun redécouvre l'utilité fondamentale de l'organisme consulaire, de soutien aux entreprises : « Notre stratégie est simple, être un relais essentiel, le reste, c'est de la littérature, affirme le président. »

Commerce, mode d'emploi

A l'aune de la réouverture de samedi 28 novembre, le vice-président au commerce de la CCI Lyon-Saint-Etienne-Roanne, Marc Degrange, commerçant à Oullins, témoigne de « l'injustice » vécue par les commerçants par rapport aux grandes surfaces, « qui étaient bondées, sans aucune distanciation physique […]»

Le clic & collect a bien pris, contraint par la crise, « Plus de 32000 commerçants ont été informés sur nos actions CCI en faveur du commerce digital. Mais ce n'est pas dans la culture du commerçant de proximité de parler à une vitre (sic), commente Marc Degrange, nous c'est le contact direct avec le client », affirme le vice-président, qui a lui-même créé un site avec ses enfants pour son propre commerce, et a photographié 1000 paires de chaussures … « Le click & collect représente très peu, pour les plus performants, c'est 10 % du chiffre d'affaires, pour la majorité c'est entre 2 et 5 %. ; 92 % des commerçants ont sollicité des aides, c'est l'après confinement qui sera problématique…150 000 commerçants gérants-salariés en France, ont été sortis des dispositifs d'aides au premier confinement, à cause de la règle des 60 000 € de bénéfice…Bien souvent, le revenu du gérant salarié et d'autres dépenses sont contenus dans ce bénéfice. On va voir comment les aides vont être redistribuées […] conclut Marc Demange, appelant les habitants à consommer chez leurs petits commerçants : « Parce que ce modèle de consommation de proximité c'est aussi l'avenir […]. »

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?