AccueilSpectacle vivantL'Opéra crée un axe Lyon Mascate

L'Opéra crée un axe Lyon Mascate

Umberto Fanni, directeur général de l'opéra d'Oman, inscrit la collaboration avec Lyon sur la durée et le transfert de compétences.
L'Opéra crée un axe Lyon Mascate
© : DR - Umberto Fanni dirige le Royal Opéra House de Mascate depuis un an.

CultureSpectacle vivant Publié le ,

En octobre 2011, Umberto Fanni participe à l’inauguration de l’opéra Mascate avec Turandot de Puccini, mis en scène par Franco Zefirelli. Trois ans plus tard, alors directeur de l’opéra de Cagliari, il était le seul italien parmi les 14 postulants à la direction de la scène lyrique omanaise. A l’issue d’un entretien de 3 heures, les dés lui sont favorables. En novembre 2015, il prend ses fonctions avec un projet visant à transformer cette maison d’accueil en maison de production.


Dans cette perspective, Umberto Fanni signe les premières co-productions avec des scènes internationales. « Je travaille sur un projet qui réunirait une douzaine de maisons d’opéra, chacune apportant sa compétence, qui les costumes, qui les décors, qui les lumières, qui tournerait ensuite dans chacune d’entre elles ». En attendant, il multiplie les collaborations. En France, l’opéra de Mascate, en contact aussi avec Rouen, a noué des liens privilégiés avec Lyon. Daniele Rustioni, prochain directeur musical à Lyon, et Stefano Montanari, chef en résidence, n’ont-ils pas fait leurs débuts en Italie avec Umberto Fanni ?


L’accueil de Don Giovanni cette année, du ballet de Maguy Marin Cendrillon l’année prochaine, constitue la première étape de cette alliance. La seconde se traduit dans la co-production d’Une nuit à Venise de Strauss. Oman accueillera le spectacle en 2018. « J’admire le travail réalisé à Lyon où, à l’inverse de l’Italie, l’opéra se rénove en permanence ».
L’affiche de Mascate mêle le répertoire lyrique classique, la danse, la musique arabe et les musiques du monde. Cette programmation vise à élargir le public, constitué à 70 % par des expatriés, auquel se joignent les mélomanes en provenance de Dubaï, de l’Arabie Saoudite du Qatar et du Koweit (20 % du public pour les opéras).


Les compagnies invitées (3 500 artistes accueillis chaque saison) bénéficient d’excellentes conditions de travail et d’une équipe de 227 permanents. « Le défi, conclut Umberto Fanni, est dans la transmission, dans le transfert de compétences entre les troupes accueillis et le personnel constitué à 73 % d’Omanais ».

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?