Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

L'Institut Paul Bocuse investit près de 25 M€ pour doubler sa capacité

le - - Entreprise de la semaine

L'Institut Paul Bocuse investit près de 25 M€ pour doubler sa capacité
Fabrice Rambert - 17 laboratoires culinaires seront aménagés dans la nouvelle configuration

En pleine expansion, l'Institut Paul Bocuse annonce le développement de ses partenariats à l'international avec l'ouverture d'un campus en Russie et un investissement de 20 à 25 M€ dans l'aménagement d'une propriété d'un hectare jouxtant le château du Viviers à Ecully. Des projets porteurs tandsi que l'école est reconnue par l'Etat depuis le 1er septembre.

« Nous formons des citoyens du monde et notre école est historiquement tournée vers l'international, explique Dominique Giraudier, directeur général de l'Institut Paul Bocuse. Pour cela, nous avons signé fin août, un nouveau partenariat avec la Siberian University, en Russie, pour favoriser les échanges d'une vingtaine d'élèves français et russes. » La Russie constitue le septième campus de l'Institut Paul Bocuse, en plus des accords avec une vingtaine d'établissements dans le monde. « Nous avons listé une cinquantaine d'écoles d'excellence dans le monde que nous contactons pour leur proposer de collaborer ». Ainsi, dès janvier 2019, des étudiants français pourront effectuer un semestre dans une école au Japon pour apprendre « les arts culinaires et d'hospitalité japonais ». Autre projet à l'international : l'ouverture d'un centre à l'Ile de la Réunion pour dispenser des formations professionnelles, pour des personnes en reconversion, et les programmes Bachelor Arts culinaires et Hôtellerie à une soixantaine d'étudiants en formation initiale. « L'objectif est de répondre au fort développement du tourisme sur les zones Afrique de l'Est, Australie et Moyen-Orient. L'Institut Paul Bocuse apporte l'ingénierie de formation. Les investissements sont portés par un partenaire local actif dans notre secteur d'activité », précise Dominique Giraudier.

L'établissement fonctionne avec des partenariats à l'international pour « concentrer ses investissements à Ecully ». L'école annonce un engagement de « 20 à 25 M€ » dans l'acquisition, officielle en décembre 2018, d'une propriété d'1 hectare attenante au château du Viviers et du réaménagement du site actuel pour « doubler la capacité des équipements ». La Fondation G&G Pélisson soutient financièrement le projet qui sera accompagné d'une levée de fonds auprès des particuliers et d'entreprises, et du soutien de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et de la Métropole de Lyon. L'ouverture du nouvel ensemble est programmée pour septembre 2020.

L'Institut Paul Bocuse comptera, avec ses rentrées décalées, quelque 1 000 étudiants en janvier 2019, issus de 55 nationalités.

« L'Institut Paul Bocuse et nos métiers reconnus par l'Etat », Dominique Giraudier

L'Etat reconnaît l'école depuis le 1er septembre 2018. Comment réagissez-vous ?

L'Institut Paul Bocuse est la première école privée à obtenir cette reconnaissance. C'est une double satisfaction. Cela signifie que le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation reconnaît nos métiers comme des formations d'excellence désormais choisies pour leurs capacités à créer des emplois, en France et à l'international. C'est aussi une reconnaissance de l'excellence de nos cursus depuis l'ouverture de l'établissement il y a 28 ans.

Quelles conséquences attendez-vous de cette reconnaissance ?

Elle permettra d'accroître notre notoriété et de faciliter les relations internationales pour accélérer sur les partenariats avec des établissements étrangers. Enfin, notre centre de recherche pourra développer davantage de partenariats avec les laboratoires de recherche publics.

Quelles sont les prochaines étapes ?

Cette reconnaissance est une première étape. Nous souhaitons aller plus loin afin que l'école soit reconnue comme une grande école. L'établissement est membre de la Conférence des formations d'excellence au tourisme (CFET) et compte intégrer la Conférence des grandes écoles (CGE). Entre temps, nous avons engagé un processus de demande d'accréditation internationale pour avoir la portabilité de notre enseignement au niveau mondial.




Stéphanie POLETTE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer