AccueilActualitéSciencesL'institut de physique de Lyon dans la mission spatiale Euclid

L'institut de physique de Lyon dans la mission spatiale Euclid

La France livre le spectrophotomètre infrarouge NISP pour la mission spatiale européenne Euclid. Le projet implique notamment l'Institut de Physique des 2 Infinis de Lyon (IP2I Lyon, Université Claude Bernard Lyon1 / CNRS).
L'institut de physique de Lyon dans la mission spatiale Euclid
©CNRS - le spectrophotomètre infrarouge NISP pour la mission spatiale européenne Euclid

ActualitéSciences Publié le ,

Après plus de 10 ans de conception, de fabrication et de tests, le spectrophotomètre* proche infrarouge NISP (Near InfraRed SpectroPhotometer) a été livré mardi 19 mai 2020 à l'ESA. Il sera installé au cœur du télescope de la mission d'astrophysique européenne Euclid. Doté de la plus grande caméra infrarouge jamais envoyée dans l'espace, NISP va fournir de précieuses informations pour la recherche de la matière noire et de l'énergie sombre. NISP est le fruit d'une coopération internationale, coordonnée par la France (avec l'Institut de Physique des 2 Infinis de Lyon, IP2I Lyon, Université Claude Bernard Lyon1 / CNRS)., incluant notamment l'Italie, l'Allemagne, l'Espagne, le Danemark et la Norvège, ainsi que les Etats-Unis.

*Comme son nom l'indique, l'instrument possède la particularité de pouvoir fonctionner dans deux modes différents : photométrique et spectroscopique. Spécifiquement élaborée pour répondre aux objectifs scientifiques de la mission, cette combinaison technologique permettra de mesurer très précisément les distances de milliards de galaxies, sondant ainsi une large partie de l'histoire de l'Univers. Avec ces mesures, les scientifiques pourront élaborer des cartes 3D de l'Univers au cours du temps, éléments cruciaux pour comprendre l'évolution de ses grandes structures.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?