AccueilEconomieL'Etat promet 5 à 7 milliards d'aide pour la montagne française

L'Etat promet 5 à 7 milliards d'aide pour la montagne française

Lundi 1er février, Laurent Wauquiez, président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, et les représentants de l'économie de la montagne ont remis au Premier ministre un mémorandum sur les difficultés du secteur dues à la crise sanitaire et à la fermeture administrative des remontées mécaniques. Réponse : 5 à 7 milliards d'aides.
L'Etat promet 5 à 7 milliards d'aide pour la montagne française
© Max Coquard-Bestjobers-Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme - Quel avenir pour la montagne en hiver ?

Economie Publié le ,

Alors qu'il n'existe toujours pas de perspectives quant à l'ouverture des remontées mécaniques, la rencontre en visio-conférence des professionnels avec le Premier ministre Jean Castex a donné lieu mardi 2 février à des annonces de Matignon sur des aides financières à la filière montagne, encore peu précisées, évaluées globalement entre 5 et 7 milliards d'euros.

Les métiers de la montagne et du ski ne sont pas complétement rassurés mais estiment que cela peut contribuer à éviter des catastrophes économiques en chaîne.

Saisonniers : chômage partiel possible jusqu'au 15 avril

Les commerçants vont voir l'indemnisation de leurs charges fixes, les saisonniers vont pouvoir continuer en chômage partiel jusqu'au 15 avril, un quart seulement d'entre eux a été embauché et sera donc indemnisé, soit 30 000 salariés contre 120 000 habituellement .

Les communes-stations de montagne devraient être indemnisées sur les pertes subies. Vendredi 29 janvier, la Région, son président en tête, a fait le point lors d'une conférence, avec les principaux acteurs des départements concernés.

Un écosystème menacé

De leur point de vue, c'est un écosystème complet qui est menacé d'effondrement, le premier des risques, c'est de voir de grands pans de la montagne : chaînes d'hôtels, restaurants, infrastructures de remontées mécaniques etc. passer sous pavillons étrangers "aux mains de fonds spéculatifs", parce qu'elles devront déposer le bilan dans les mois ou l'année qui arrivent, malgré les aides…

L'industrie équipementière, fleuron français (équipement de la personne, remontées mécaniques etc.) de son côté, estime qu'elle va connaître une rupture de charge dans ses usines, faute de commandes, puisque les stocks sont encore pleins chez les revendeurs et dans les boutiques.

Très touchés aussi : les supérettes de montagne, les officines de pharmacie, les cabinets de médecins qui prennent en charge 90% de la traumatologie de la montagne, mais c'est aussi une myriade de loueurs de meublés, sans parler des écoles de ski, dont les professeurs sont souvent artisans l'été…

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?