AccueilImmobilier-TP-BâtimentL'EFAB fête 20 ans d'enseignement immobilier

L'EFAB fête 20 ans d'enseignement immobilier

Suite à la grande soirée anniversaire qui a rassemblé quelque 600 personnes au Musée des Confluences, Jean-Charles Torroja, président de Sciences-U Lyon, revient sur les valeurs de l'Ecole française d'administration de biens, plus que jamais reconnue comme un acteur majeur de la formation immobilière.
L'EFAB fête 20 ans d'enseignement immobilier
© Sciences-U Lyon - Jean-Charles Torroja, juriste de formation, préside Sciences-U Lyon depuis 2006

EconomieImmobilier-TP-Bâtiment Publié le ,

Sciences-U Lyon regroupe le Crespa, le Cresfa, Sciences-U et sa marque EFAB, qui rassemble le tiers de ses étudiants. Racontez-nous la genèse de l’école...

Tout part d’un constat dressé par deux professionnels de l’immobilier, René André et Bernard Jouhanneaud. Employant à eux seuls plus de 3 000 personnes dans leurs structures respectives, ils n’arrivaient pas à recruter car, côté formation, rien n’existait dans le domaine. D’où la création de l’EFAB, qui s’adosse au Groupe Pitiot en 1996. L’école démarre rue Victor-Hugo et propose un BTS professions immobilières et un certificat de qualifications professionnelles (CQP). Au début, on se demandait si les entreprises seraient en mesure d’absorber le flux entrant de ces nouveaux diplômés. On a vite été rassurés. Après des ouvertures à Paris et Lille, l’EFAB intègre le Groupe Sciences-U en 2002 et s’installe cours Albert-Thomas. Progressivement nous avons diversifié les enseignements : promotion, gestion d’affaires et de parc immobiliers, négociation et conseil en patrimoine, notariat... Aujourd’hui nous présentons huit formations, du CQP au Mastère professionnel.

Quelles sont les valeurs de l’institution ?

Notre objectif, c’est de couvrir tous les domaines immobiliers et tous les niveaux, en plus d’assurer à nos étudiants un parcours de qualité et certifié (Afnor et OPQF). Ce qui nous intéresse, c’est une réussite concrète. L’établissement vise la pérennité. L’idée, c’est de bien faire nos métiers tout en restant novateur, avec éthique et bienveillance. Nous sommes une école professionnalisante : notre vocation, c’est de permettre aux gens de s’intégrer sur le marché du travail. Force est de constater qu’à la sortie du Mastère, les jeunes sont quasiment assurés de trouver un emploi.

Quels outils mettez-vous à la disposition des étudiants ?

Nous avons fait le choix d’une pédagogie active et concrète, dispensée par une équipe d’intervenants professionnels exerçant dans tout type de structures immobilières (architectes, promoteurs, constructeurs, experts, etc.). Mais nous souhaitons aussi que les étudiants apprennent à réseauter très tôt. C’est pour cela que l’on a mis en place le U-Network, un réseau d’anciens étudiants qui leur permet d’étendre leurs relations, ou qu’on leur donne accès à la plateforme de formation lynda.com. À côté, il y a évidemment des cours et exercices sur le terrain, la conception d’un projet global, etc.

Comment s’adapter aux évolutions des métiers de l’immobilier ?

Une fois par an, nous organisons un comité de perfectionnement pour discuter des orientations à mettre en place. Celui-ci réunit notamment des professionnels de la Cefi (commission paritaire nationale de formation immobilière) et Frédéric Berthet, président des anciens élèves depuis 20 ans. J’insiste sur l’importance des anciens élèves, car ce sont eux qui apportent les tendances du marché et nous conseillent le plus judicieusement. D’autant que je pense sincèrement que les gens conservent un réel attachement à notre structure. Pour l’avenir, il s’agira de renforcer quelques axes forts, comme l’anglais, la communication, le management. Nous songeons aussi à impliquer le numérique dans les cursus, mettre en place des options visant à spécialiser certains domaines… Mais tout ceci reste encore au stade de la discussion.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?