L'édito

Cache-cache

ActualitéEditos-Billets Publié le ,

Dans quelques jours, Consonno accueillera le championnat du monde de cache-cache. De quoi sortir de sa torpeur ce petit village fantôme de Lombardie, déserté depuis quatre décennies. La France devrait envoyer une grosse délégation pour participer à cette compétition. Au couloir numéro un, on retrouve ceux qui veulent cacher leurs ambitions ou leur impatience à l’approche des échéances électorales. Au deuxième, ceux qui ne parviennent pas à cacher leur hostilité à l’égard d’un concurrent gênant pour obtenir la première marche du podium. Les autres couloirs alignent, dans le désordre, ceux qui cachent leurs préférences, leurs avoirs bancaires, les relations compromettantes, les liaisons adultères ou dangereuses. A l’ombre de l’arbre qui cache la forêt, on croisera quelques jeunes filles poursuivies par des tartuffes au cri de « cachez ce sein que je ne saurais » voir ». D’autres, plus pudiques tentent de semer ceux qui, au contraire voudraient dévoiler leur intimité. Par rapport aux derniers jeux Olympiques, où Rio a pris soin de cacher la misère des favelas, imitant le prince Potemkine, qui masquait la pauvreté des villages russes sous de prospères façades, le championnat de Consonno a au moins trois avantages : celui de ne pas exiger de longues et épuisantes séances d’entrainement, de ne pas nécessiter de produits dopants (quoique ...) et celui d’être ouvert à tous, quel que soit l’âge. Un jeu d’enfant.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?