AccueilL'Edito

L'Edito

Open source

Publié le ,

Dernier grand chantier du gouvernement, le prélèvement de l’impôt sur le revenu à la source abreuvera les débats à la rentrée. Et matière fiscale, attendez-vous à voir grandes ouvertes les vannes de la polémique. Open source ! Mais ce mécanisme, adopté par la plupart de nos partenaires européens, sources d’inspiration pour le ministère des Finances, cache une fracture idéologique. Régulièrement, les libéraux montent au créneau pour dénoncer un impôt qui aurait perdu sa vertu originelle de contribution aux dépenses de la nation. Remontant aux sources, à Joseph Caillaux, les sociaux-démocrates rappellent que l’impôt sur le revenu avait vocation à redistribuer les revenus non à financer la collectivité. La CSG, impôt proportionnel, canalise cette opposition. De source bien informée, les détracteurs de Michel Sapin craignent une fusion avec l’impôt sur le revenu qui, lui, est progressif ! Tout le reste n’est que gesticulations. D’où l’intérêt de ce projet, source de profit pour les uns et les autres. D’abord pour Bercy, quel que soit son locataire, sûr de voir la source des rentrées fiscales régulièrement alimentée. Ensuite pour les forces politiques qui l’utiliseront pour souder leurs familles respectives. A l’inverse le dispositif s’annonce source de tracas pour les entreprises à qui le gouvernement veut refiler la patate chaude de la gestion du prélèvement. Il pourrait aussi provoquer les débordements de certaines personnes qui verraient d’un mauvais œil l’entreprise se mêler de leur situation financière. Une chose est sûre : le prélèvement à la source va fournir de l’eau au moulin de la rentrée politique. Il faut juste espérer un peu de retenue dans les débats.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?