AccueilActualitéEditos-BilletsEditorial : L'avenir nous le dira…

Editorial : L'avenir nous le dira…

Une année se termine. Une autre lui succède. Avec son cortège d'événements… De quoi en perdre la boule (de cristal) ! L'occasion, pour notre rédaction, de défricher ce maelström de rendez-vous, à dominante économique, et d'exhumer ceux à ne pas rater !
Editorial : L'avenir nous le dira…
Infographie Le Tout Lyon Affiches

ActualitéEditos-Billets Publié le ,

On ne déroge pas à la règle. A Lyon, la cuvée 2017 propose un foisonnement économique, témoignage de l’attractivité d’une métropole qui aimante, séduit, magnétise, capte, mobilise, motive et encourage les initiatives et les acteurs du monde de l’entreprise, investisseurs potentiels et créateurs en puissance. Difficile de s’y retrouver. D’où notre dossier spécial « Evénements entreprises 2017 », à l’instar de cette Nuit de l’orientation, déployée le vendredi 20 janvier à la CCI Lyon Métropole Saint-Etienne Roanne, et dont l’objectif est, non d’assister, mais bien d’aiguiller quelque 4 000 jeunes de 15-25 ans dans leurs recherches d’un métier, confortés dans leur choix par le truchement de professionnels, légitimes à l’heure de distiller conseils et recommandations.


Dans la litanie d’événements retenus, les incontournables ! La Fête de l’entreprise estampillée CGPME, le Mondial des métiers, la Foire de Lyon – d’autant plus fidèle au calendrier que l’invité sera Cuba –, mais aussi la Quinzaine de l’industrie et le Printemps des entrepreneurs. Et comment occulter le très éminent et imminent Sirha, écrin du Bocuse d’or qui soufflera sa trentième bougie.

Lui attendait 2017 avec impatience. Lui ? C’est le tourisme, un secteur fortement impacté par les attentats et le terrorisme. Rappelons que les Nations Unies ont proclamé 2017, « Année internationale du tourisme durable pour le développement ». Pour redresser la barre, le tourisme domestique comptera sur un calendrier salvateur, à en juger par le nombre de « ponts » dont vont bénéficier les salariés.

Sur les onze jours fériés recensés, ils sont légion à être « bien » positionnés, accolés à un week-end (lundis 1er et 8 mai, vendredi 14 juillet) et appariés aux infrangibles lundis de Pâques et de Pentecôte. Le bonheur des uns…

Transgressant l’aphorisme, on ajoutera que ces week-ends à rallonge ne devraient point contenter les chefs d’entreprise. L’Insee alimente leur ire, en précisant que ces jours fériés auront un effet sur la croissance, le PIB devant subir un recul de 0,1 point, soit (quand même !) deux milliards d’euros. De son côté, le Medef a toujours prôné la suppression de deux jours fériés pour relancer l’économie et l’emploi.

Une mesure qui pourrait trouver un écho auprès des candidats à la présidentielle, point d’orgue d’une année 2017 électorale (ndlr : législatives et sénatoriales). L’avenir jugera ces échéances. Mais l’avenir, disait Bergson, n’est pas ce qui va arriver, mais ce que nous allons en faire !

Bonne année !

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 26 novembre 2022

Journal du26 novembre 2022

Journal du 19 novembre 2022

Journal du19 novembre 2022

Journal du 12 novembre 2022

Journal du12 novembre 2022

Journal du 04 novembre 2022

Journal du04 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?