AccueilEconomieIndustrieL'Autorité de Sûreté Nucléaire débute les visites décennales des réacteurs

L'Autorité de Sûreté Nucléaire débute les visites décennales des réacteurs

Alors que le niveau de la sûreté nucléaire et de la radioprotection est globalement satisfaisant dans la région, l'ASN a commencé, début juin, la visite décennale du réacteur n°1 de la centrale du Tricastin.
L'Autorité de Sûreté Nucléaire débute les visites décennales des réacteurs
ASN-Nicolas Robin - L'an dernier, l'ASN a réalisé 116 inspections dans les centrales nucléaires d'Auvergne-Rhône-Alpes.

EconomieIndustrie Publié le ,

En Auvergne-Rhône-Alpes, la division de Lyon de l'Autorité de Sûreté Nucléaire emploie 40 agents dont 35 inspecteurs chargés d'assurer le contrôle de la sûreté nucléaire, de la radioprotection et du transport de substances radioactives. Le parc d'installations et d'activités à surveiller est très important puisqu'il compte notamment 4 centrales nucléaires EDF avec 14 réacteurs, 2 sites majeurs d'usines du cycle du combustible nucléaire, 2 centres de recherche, 2 installations EDF de maintenance et de gestion des déchets, un irradiateur, 6 sites en démantèlement. « En 2018, nous avons mené 337 inspections dont 116 inspections dans les centrales, 102 dans les usines du cycle et les installations en démantèlement et 109 dans le domaine du nucléaire de proximité », détaille Caroline Coutout, chef de la division de Lyon.

Du côté des installations nucléaires, le bilan est plutôt satisfaisant même si la maîtrise des risques liés à l'incendie et la protection de l'environnement sont à améliorer sur plusieurs sites. La centrale de Cruas-Meysse est en retrait par rapport à la performance globale du parc EDF. « Des lacunes sont relevés à différents niveaux », confirme la chef de la division de Lyon qui évoque la gestion des arrêts des réacteurs et des pollutions de la nappe phréatique. Pour les usines Framatome à Romans-sur-Isère, le dispositif de surveillance renforcée a été levé même si des améliorations sont encore attendues sur le management de la sûreté, la rigueur d'exploitation, la maîtrise des filières des déchets. Concernant l'installation de conditionnement et d'entreposage de déchets activés (ICEDA), implantée sur le site du Bugey, l'ASN approuve la tenue générale du chantier et la mise en service devrait être effective au second semestre.

Dans les mois à venir, le programme de l'ASN s'annonce chargé avec le début des 4e visites décennales des réacteurs nucléaires de 900 MWe. Le réacteur n°1 de la centrale du Tricastin est le premier concerné ; suivront Bugey 2 et 4 en 2020 et Bugey 5 et Tricastin 2 en 2021. « L'ASN encadrera par des prescriptions les conditions de la poursuite de fonctionnement, réacteur par réacteur », fait savoir Caroline Coutout.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?