AccueilCultureExpositionL'art premier prend la clef des champs

L'art premier prend la clef des champs

Ni Paris, ni Londres, ni Bruxelles mais… Besanceuil, en Saône-et-Loire, accueille du 26 au 29 mai le premier salon d'art premier organisé à la campagne : le Bourgogne Tribal Show !
L'art premier prend la clef des champs
Figure de reliquaire Obamba, peuple Kota, Gabon, XIXe siècle

CultureExposition Publié le ,

Le pari est osé mais il en vaut la peine. Vingt galeries de renommée et internationale présentent durant quatre jours le meilleur de leur collection dans un cadre bucolique. Parures et masques africains, armes et rares objets d'Océanie ainsi que tout objet de curiosité venus de lointaines contrées sont au programme de cette manifestation. Plutôt qu'une présentation selon le système traditionnel des stands, les organisateurs ont choisi de composer des espaces d'exposition ouverts et communs à plusieurs marchands. Pas de frontières donc mais des chemins pour flâner entre figure de reliquaire Kota du Gabon, cimier Ciwara Bamana du Mali, peintures aborigènes et autre masque Baoulé de Côte-d'Ivoire.

Pari osé car jusqu'alors, ce type de salon était exclusivement concentré dans les grandes métropoles et établi selon un calendrier bien précis. Juin à Bruxelles pour BRUNEAF, septembre à Paris pour le Parcours des Mondes, deux dates inscrites dans le marbre pour tous les amateurs et collectionneurs d'art premier. On vient de partout pour ces salons, d'Europe, d'Amérique ou d'Asie pour dénicher LA pièce à inclure dans sa collection. Si, comme le précise Bruno Frey, l'un des organisateurs de cet événement avec Laurent Dodier, Jacques Lebrat et Anthony JP Meyer, le choix du lieu a laissé disons « perplexes » quelques pointures du marché, d'autres ont saisi l'occasion de casser les codes et de prendre le risque en sortant des sentiers battus.

Une escapade printanière à deux pas de Cluny

L'idée globale est de renouveler les pratiques qui régissent le marché de l'art en s'éloignant pour une fois des centres d'activité consacrés. Comment donner tort à ces précurseurs quand des années plus tard, on constate le succès indiscutable de la Biennale d'art contemporain ou le Quai du Polar à Lyon, salons à qui le parisianisme bon ton avait prédit une existence....éphémère. Alors, jouons le pari sans aucun chauvinisme régional, juste pour le plaisir d'une escapade printanière à deux pas de Cluny, une escapade sans complexe ni l'appréhension qu'on a tous connue au moment de pousser la porte d'une Galerie avec un grand G où quasi tout ce qui est proposé est « hors budget », puisque tous les marchands présents sont prêts à prendre le temps de communiquer, d'expliquer et de convaincre en redessinant avec vous les contours des foires internationales version Besanceuil.

Convivialité, partage et échange sont donc les maîtres mots de cet événement qui se déroule sur les terres de Bruno Mory, marchand d'art contemporain et collectionneur d'art tribal, ce qui permettra, sans nul doute, de développer de nouvelles passerelles entre arts plastiques et art tribal.

Et puis, pour la bonne bouche, pourquoi ne pas en profiter pour découvrir ou redécouvrir quelques bonnes adresses gastronomiques et viticoles, en passant par l'abbaye de Cluny qui accueillera pour l'occasion une sélection thématique d'œuvres tribales prêtées par les marchands participants. Longue vie au Bourgogne Tribal Show!

Du 26 au 29 mai, galerie Bruno Mory à Besanceuil (Saône-et-Loire)

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?