AccueilSociété« L’Architecte et le loup » : une exposition de Florence Reymond à Lyon

« L’Architecte et le loup » : une exposition de Florence Reymond à Lyon

L’IUFM expose actuellement un ensemble de peintures et de techniques mixtes de Florence Reymond (1971), des œuvres étonnantes par l’accumulation de faits historiques auxquels elle se réfère et les nombreux souvenirs d’enfance qu’elle raconte, et surtout par les effets de transparence et d’évanescence qu’elle donne à sa matière picturale pour accentuer la fluidité de ses formes et de ses motifs. Il ne faut pas chercher un sens ni une direction à suivre lorsque l’on regarde les tableaux de Florence Reymond car, malgré les images qui se bousculent devant nos yeux, tout est impalpable et entraîne les spectateurs dans un monde séducteur mais aussi inquiétant.

ActualitéSociété Publié le ,

L’IUFM expose actuellement un ensemble de peintures et de techniques mixtes de Florence Reymond (1971), des œuvres étonnantes par l’accumulation de faits historiques auxquels elle se réfère et les nombreux souvenirs d’enfance qu’elle raconte, et surtout par les effets de transparence et d’évanescence qu’elle donne à sa matière picturale pour accentuer la fluidité de ses formes et de ses motifs.

Il ne faut pas chercher un sens ni une direction à suivre lorsque l’on regarde les tableaux de Florence Reymond car, malgré les images qui se bousculent devant nos yeux, tout est impalpable et entraîne les spectateurs dans un monde séducteur mais aussi inquiétant. L’artiste veut-elle nous présenter son paradis perdu ? Elle veut nous étourdir dans un brassage d’images sans lien apparent entre elles, où l’espace qui les réunit oriente le rêve et pose des rébus.
La première salle de l’exposition réunit six grandes huiles sur toile. La matière y est lisse et fine, laissant apparaître parfois la trame du support. La palette vive et gaie privilégie les bleus de Prusse ou turquoise : « le Magicien » 2011 ; les jaunes, les ocres et les roses profonds contrastés de noirs : l’étrange « Anniversaire de Tashima » 2011 ; « Ma maison ressemble à sa propriétaire » 2011, dont la mise en page est tout à fait insolite. Sur la cloison centrale, « Envolés » fait surgir d’un fond bleuté des églises aux coupoles orientales dans une végétation naïve et stylisée, des motifs qui ne sont pas sans évoquer des illustrations de livres pour enfants. Sept petites techniques mixtes sur papier de 2010 voisinent dans la deuxième salle avec la série « Fric freaks » 2010, habitée de visages énigmatiques d’enfant poupée et réalisée à l’encre, feutre et gouache. Les lignes expressives griffent le papier en traits hachés qui s’enroulent et se contrarient dans un graphisme étonnamment vivant.
Florence Reymond ne s’appuie jamais sur des dessins préparatoires car elle peint toujours sans idées préconçues, laissant aller librement son imagination, ce qui donne une grande spontanéité à ses oeuvres. Le « Loup et l’architecte », l’une de ses dernières toiles, interpelle le visiteur par son atmosphère inquiétante, une impression qui est accentuée lorsqu’on observe la maison qui semble protectrice mais aussi prison.
Florence Reymond invite les visiteurs à entrer dans son univers provocateur, séduisant et inquiétant, énigmatique aussi quoique familier par les souvenirs qui ressurgissent dans une sorte de jeu de l’oie qu’elle les invite à suivre.
Galerie IUFM Confluence(s), 5 rue Anselme à Lyon 4e. Du lundi au vendredi de 9 h à 18 h, 10 h 30-18 h le samedi. Jusqu’au 1er juillet.

Brigitte Roussey

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?