AccueilImmobilier-TP-BâtimentL'ancienne école des Beaux-Arts, future résidence premium

L'ancienne école des Beaux-Arts, future résidence premium

La Ville de Lyon devrait céder l'ensemble de 6 000 m2 au Crédit Agricole et bâtir un programme d'envergure mêlant logements et commerces.
L'ancienne école des Beaux-Arts, future résidence premium
© Sud Architectes - L'ensemble immobilier dégagera une place-belvédère offrant une vue directe sur Fourvière

EconomieImmobilier-TP-Bâtiment Publié le ,

Le projet n’aura mis pas moins de 10 ans à se concrétiser. Depuis, en réalité, que les étudiants de l’école des Beaux-Arts ont déserté l’historique bâtiment de la rue Neyret pour les Subsistances, en 2007. Sise à deux pas de l’amphithéâtre des Trois Gaules, cette barre de 6 000 m2 est alors restée une coquille vide ou presque, n’abritant que le service archéologique de la Ville. Jusqu’à ce que Gérard Collomb annonce dernièrement son projet de réhabiliter totalement le bâtiment à l’horizon 2019.
Ce vaste programme sera confié au Crédit Agricole, qui devrait racheter l’édifice à la Ville pour quelque 3,5 M€. Tout à la fois financeur, investisseur et promoteur, la banque s’est attachée les services de l’architecte Bertrand de Lagarde (cabinet Sud Architectes). Une fois rénové en profondeur, l’ensemble immobilier sera totalement réaménagé et abritera 40 logements haut de gamme, du studio au T5. Les appartements s’inspireront largement de l’esprit canut en proposant une hauteur sous plafond de 4,8 m. Ils bénéficieront également de terrasses, de balcons et de jardins. Ces nouveaux appartements oscilleront entre 6 000 € et 7 000 € le m2, mais le programme comprendra 25 % de logements sociaux.
Une partie de l’aile Est du bâtiment sera " trouée " de manière à créer une esplanade bordée de cafés et restaurants. Le nouvel espace public permettra ainsi aux riverains de bénéficier d’une vue directe sur Fourvière. Les piétons pourront également accéder au jardin des plantes via un escalier, ce que l’édifice empêchait jusqu’alors. « Notre volonté, c’est de favoriser un cheminement piéton du boulevard de la Croix-Rousse jusqu'aux rives de Saône, tout en magnifiant des espaces emblématiques comme le parc Sutter, le jardin des Chartreux ou encore la place Chardonnet, dont les travaux de réaménagement seront engagés d'ici 2020 », s’enthousiasme le sénateur-maire.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?