Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Kia XCeed, un crossover joyeusement tendance

le - - Automobile

Kia XCeed, un crossover joyeusement tendance

Crossover compact à l'esthétique recherchée, voulue aussi tonique que celle d'un coupé, l'inédit Kia XCeed confine à bien des égards au « premium » dans son exécution haut de gamme. Mais sans en avoir le prix.

Fer de lance de Kia en Europe, la dernière gamme Ceed - fabriquée en Slovaquie et composée à son lancement, l'an dernier, d'une berline compacte 5 portes et d'un break SW - a dernièrement été élargie par une troisième silhouette ProCeed, sorte de break de chasse aux allures de coupé 4 portes. Pas suffisant néanmoins pour l'appétit de conquête du constructeur coréen généraliste qui, inspiré par les déclinaisons multiples des marques spécialistes, vient encore de l'enrichir d'un inédit XCeed. Un modèle à la croisée des genres berline 5 portes, break et SUV, communément désigné par l'appellation « angloricaine » de « crossover ».

But principal de l'exercice : faire beau, et le XCeed l'est, sa face arrière s'avérant ici - c'est rare - aussi plaisante que sa face avant. De profil, la fuite marquée de la ligne de toit, façon coupé, insuffle aussi de la tonicité à l'ensemble. Et pour l'anecdote, les portes avant, et seulement elles, sont reprises de la Ceed.

Pour autant, le charmant XCeed n'en soigne pas moins les aspects pratiques. Car sous 4,39 m de long, 1,82 de large et 1,49 de haut, l'habitabilité s'y révèle fort satisfaisante pour 4 occupants ; et même 5 bien sûr, plus serrés aux places arrière. Mais sans souci pour y caser de longues jambes, ni toucher de la tête pour les grands gabarits. Et avec 426 litres, le coffre dépasse la capacité de bien des SUV compacts !

En s'installant à bord, la bonne impression de départ perdure car, d'où porte le regard, les habillages moussés se raccordent avec précision à des inserts noir brillant, et d'autres chromés satinés. C'est chic et proche des traitements qui font le renom des marques premium.

Du reste, sur les quatre finitions proposées, les deux supérieures, Launch Edition et Premium, ne sont pas loin non plus de ce qu'offrent les « belles allemandes » les plus racées. Partiellement reprise de la Ceed, la planche de bord s'agrémente ici d'une instrumentation digitale de 12,3 pouces au graphisme accordé au mode de conduite sélectionné. Au centre, un largissime écran central couleur tactile de 10,25 pouces cumule navigation GPS, TomTom Live et services télématiques UVO Connect, tous déjà de série dès le second niveau Active. Avec remises à jour gratuites durant 7 ans ! Enfin, la dotation du stade d'accès Motion s'avère déjà très relevée en systèmes sécuritaires de pointe, comme en équipements de confort.

Côté technique, châssis et motorisations puisent dans l'univers Ceed, le XCeed s'animant, en essence, d'un 3 cylindres turbo à injection directe T-GDi 1.0 litre de 120 ch, et d'un 4 cylindres pareillement T-GDi, en 1,4 l. « cœur de gamme » de 140 ch, ou d'un plus élitiste 1,5 l. crachant 204 ch. Escortés par deux 4 cylindres 1.6 turbo-diesel CRDi de 115 et 136 ch.

Au volant, cette dernière motorisation coupleuse, et passablement silencieuse, se contente également de 5,6 l./100 au rythme de la circulation. Et si la XCeed se montre d'emblée bien dans ses roues, assurée dans son comportement, sa suspension un peu plus hésitante en détente, et sa direction légèrement collante, se révèlent - légèrement - moins convaincantes qu'avec les versions essence, dont le train avant, moteur et directeur, est plus léger.

Comme tous les moteurs « downsizés » d'aujourd'hui, le 1.4 T-GDi de 140 ch manque parfois d'un peu de souffle, mais on avance globalement bien avec. Et sans escompter avoir toute l'agilité d'une sportive, l'XCeed ne se défend néanmoins pas mal dans les successions de virage. Bien « carrée » en boîte manuelle 6 vitesses, son pendant automatique à double embrayage DCT à 7 rapports apporte un agrément de conduite supérieur, avec des palettes au volant pour reprendre facilement la main. Mais c'est bien sûr la jolie cavalerie de 204 ch qui fournit le meilleur attelage. Jamais à court de puissance dans les reprises, et sans trop consommer non plus tant qu'on exagère pas.

En haut de gamme Premium, étiqueté à 36 590 €, cette version la plus véloce peut même se poser en alternative crédible à certaines « belles allemandes », tout en étant loin d'en égaler le prix. Plus « généraliste », le reste de la gamme, échelonnée entre 24 990 et 37 590 €, n'en est que plus attractive...

Comme Kia n'entre pas dans la combines des options à l'excès, chacune des quatre finitions apparaît globalement complète. Bien nommé, le haut de gamme Premium cultive un certain raffinement, avec banquette arrière rabattable 40/20/40 ou sièges avant ventilés, et à commande électrique à mémoire pour le conducteur. Par contre, l'instrumentation numérique conducteur n'incruste pas la carte GPS, alors que la différence d'effet entre les modes de conduite Normal et Sport se révèle bien ténue.




Philippe DALASSIO
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer