AccueilMusiqueKatia Guerreiro, fadiste et médecin

Katia Guerreiro, fadiste et médecin

Figure emblématique d'une nouvelle génération de fadistes qui renouvellent ce genre dans le respect des aînés, la jeune étoile du fado dévoile son dernier album à l'Opéra de Lyon.
Katia Guerreiro, fadiste et médecin
© : DR - Katia Guerreiro panse les plaies de l'âme et du corps

CultureMusique Publié le ,

Née en Afrique du Sud en 1976, Karia Guerreiro grandit aux Açores avant de venir à Lisbonne où, en 2000, elle décroche son diplôme de médecine, avec une spécialité en ophtalmologie. Sa rencontre avec le fado tient du hasard. Un soir, pour fêter son doctorat avec ses amis carabins, elle dîne dans un restaurant de fado, comme il en existe beaucoup dans les quartiers d’Alfama et de Bairro Alto. Et, comme il est d’usage pour tout Portugais amateur de fado, elle se lève et chante un « classique ». Peu à peu, les convives et le personnel, s’arrêtent de parler pour écouter cette voix qui monte de la salle. Ce soir là, réalise, ses amis avec elle, qu’elle a tout pour chanter le fado. Ainsi naît la légende Katia Guerreiro.
Médecin le jour, fadiste la nuit, l’ex-membre du groupe folk des « Charruas » n’est pas la seule à mener une double carrière. Duarte, l’étoile montante du fado, psychothérapeute du ministère de l’Education nationale consacre ses week-ends, et uniquement ses week-ends, à ce chant urbain, inscrit depuis 2012 au patrimoine immatériel de l’Humanité. Cette double activité s’entend dans ses fados où il est question d’histoires d’amour qui finissent mal, de maux de l’âme. Des textes puisés notamment dans les classiques de Fernado Pessoa et de Antonio Lono Antunes, deux des plus grands auteurs portugais du XXème siècle. Son chant ardent, sa voix sombre, sa musicalité, son style épuré, éveillent le souvenir d’Amalia Rodrigues à qui beaucoup d’aficionados la comparent ou, du moins, voient en elle une digne héritière.
En tournée avec son dernier album « Até ao fim » (Jusqu’à la fin), Karia Guerreiro fait escale à l’Opéra de Lyon. Accompagnée par Luis Guerreiro et Pedro de Castro (guitare portugaise), Joao Veiga (guitare classique) et Francisco Gaspar (guitare basse) elle en chantera de très larges extraits ainsi que quelques-uns des fados qui ont forgé sa légende.

Antonio Mafra

Opéra de Lyon, 30 janvier à 20 h.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?