AccueilCollectivitésJusqu'à 40% d'eau en moins d'ici 2050 dans le Rhône

Jusqu'à 40% d'eau en moins d'ici 2050 dans le Rhône

Jusqu'à 40% d'eau en moins d'ici 2050 dans le Rhône

Collectivités Publié le ,

Jamais fataliste mais « lucide » sur la dégradation climatique et environnementale de la planète, la dirigeante lyonnaise atteste que l'engagement et l'innovation dans une cause débouchent sur des solutions concrètes pour agir à tous les échelons de la société. Sur le Rhône, fleuve dont CNR est l'aménageur via une concession, depuis 1934, les initiatives durables se sont multipliées ces dernières années : conduite à distance de la navigation pour optimiser le temps d'éclusage, test de l'achat direct de l'énergie électrique par les habitants auprès des centrales de Bollène, Avignon et Beaucaire, projet d'un réseau d'irrigation intelligent pour réduire la consommation d'eau et le coût énergétique de son acheminement.

« La Terre s'en remettra mais pas l'Homme s'il n'agit pas » lançait par ailleurs Elisabeth Ayrault, histoire d'exhorter les pouvoirs publics, les entreprises et les citoyens à devenir encore plus acteurs au sein de leurs écosystèmes.

Le défi semble immense au vu des phénomènes de dérèglement climatique comme en atteste les effets récurrents du réchauffement climatique : jamais il n'aura fait aussi chaud ces dix dernières années que depuis la fin des années 1860, selon Elisabeth Ayrault.

Les ports du Nord cités en exemple

Dans cette ambition de réveil des consciences, CNR a créé en 2014 Initiative pour l'avenir des grands fleuves (IAGF) présidée par Erik Orsenna, Académicien et écrivain. Cette instance a pour objectif le partage d'expérience entre les opérateurs mondiaux des fleuves.

Encore sous-utilisé pour transport de marchandises et de personnes, le Rhône nourrit pourtant de vifs espoirs auprès de CNR qui compte bien l'exploiter à sa juste valeur. Démontant que l'argument du seul prix du transport par camion serait plus compétitif que par voie fluviale, la PDG de CNR rétorque qu'il faut raisonner sur la totalité de la chaîne de valeur pour calculer le coût réel : « On prend en compte l'amortissement du camion, le salaire du chauffeur, le coût de l'essence et de l'assurance mais pas celui lié à la pollution par exemple. Le gros verrou reste le temps de déchargement des conteneurs au port de Fos-Marseille et il nous faut travailler sur des créneaux fixe d'horaires pour assurer une optimisation du temps face autres trafics venus de la Méditerranée ».

Prenant exemple sur les pays du nord de l'Europe, E. Ayrault indique que plus de 50% des conteneurs d'Europe partent du port d'Anvers contre 6 % à Fos-Marseille. En l'état, « l'augmentation du trafic fluvial de marchandises pourrait être multiplié par 3 sur le Rhône ».

Chiffres clés de CNR

- 1 380 M€ de CA

- 56,1M€ de résultat net

- 1363 salariés

- 15,5 TWh de production

- 8 sites d'activité

- 47 centrales hydroélectriques, 48 parcs éoliens, 26 centrales photovoltaïques

- 3 actionnaires : Engie (49,97 %), Groupe Caisse des Dépôts (33,20), collectivités locales (16,83 %)

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?