AccueilEconomieServicesJuliette Jarry : l'accompagnement différencié

Juliette Jarry : l'accompagnement différencié

A la fin de ses cinq années d’études en sciences-politiques (trois ans à l’IEP de Lyon, puis un an à Barcelone et un à Paris), Juliette Jarry ambitionne d’intégrer le Quai d’Orsay ou de se pencher sur la question de l’optimisation des politiques publiques.

EconomieServices Publié le ,

Elle n’envisage pas immédiatement la création d’entreprise, dont elle admet avoir, à ce moment-là, « une vision plutôt macro-économique ». Dans le même temps, elle se frotte, pour la première fois, à la problématique de la dépendance : sa grand-mère, une ancienne institutrice de 89 ans, très vive d’esprit mais qui ne peut plus se déplacer à son aise, est en maison de retraite. Elle n’est jamais plus heureuse que lorsqu’elle reçoit ses hôtes, fustigeant régulièrement tous « ceux qui jouent à la belote », leur préférant les grandes discussions, surtout théologiques, avec ses visiteurs. De ces rencontres régulières émerge l’esquisse d’un projet centré autour de l’accompagnement de la dépendance, « des acteurs de vie qui tisseraient des liens intergénérationnels » comme ceux qu’aiment sa grand-mère. Très autonome, en recherche de responsabilité, cherchant à ne jamais s’attacher à ce qui est déjà fait, Juliette Jarry opte finalement pour l’entreprenariat après une formation de six mois puisqu’« elle ne connaît rien à l’entreprise ». Au départ, elle est seule : la jeune femme tient les rôles de comptable, de chargée de recrutement, de commerciale ou d’évaluatrice chez les clients. Cette période est l’occasion « d’apprendre tous les métiers et de développer des capacités et des ressources inimaginables », confie-t-elle. Dans un contexte français plutôt favorable aux services à la personne, l’entreprise grandit, vite, et deux ans plus tard, une directrice d’agence vient seconder la dirigeante. A partir de ce moment, elle structure, déploie, dirige pour atteindre, huit ans plus tard, les 50 collaborateurs en devenant « l’inventeur de solutions, le chef d’orchestre » de l’entreprise. Avec l’énergie et la volonté de « sortir de ce qui existe », elle détonne dans le secteur : tandis que les salariés de la profession ont en moyenne 46 ans, la moyenne d’âge chez Adéa Présence n’est que de 26 ans. Même constat en matière de niveau d’étude : quand le secteur emploie de nombreux non qualifiés, la majorité de ses employés ont le niveau Bac +4. « Nous faisons un métier très difficile, où l’on est seul au domicile, face aux imprévus, aux clients et à leurs réactions. Il faut avoir la capacité de prendre du recul », souligne-t-elle. .../...

Lire la suite dans le Tout Lyon Affiches n° 5105 du samedi 14 juin 2014

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 21 mai 2022

Journal du21 mai 2022

Journal du 14 mai 2022

Journal du14 mai 2022

Journal du 07 mai 2022

Journal du07 mai 2022

Journal du 29 avril 2022

Journal du29 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?