AccueilActualitéJulien Andlauer, jeune talent de la conduite

Julien Andlauer, jeune talent de la conduite

Julien Andlauer, jeune talent de la conduite

Actualité Publié le ,

S’il n’est pas né dans un kart, il en a tenu le volant dès son plus jeune âge. Julien Andlauer a tout juste 2 ans lorsqu’il s’installe sur les genoux de son père qui dirige le club de karting Actua à Saint-Laurent-de-Mûre. Sans doute n’est-ce pas par hasard si son parrain, Sébastien Philippe, est un ancien champion du monde de kart, pilote professionnel et team manager de l’écurie Art Grand Prix qui court en GP2 et GP3. Ce dernier lui transmet sa passion et lui insuffle son talent. Mais nul besoin de pousser Julien dans ce sport. Il possède la fibre de la compétition, une valeur familiale que partage également sa sœur sur les pistes de ski.
Après un apprentissage en baby-kart, à partir de 6 ans et jusqu’à ses 15 ans, Julien s’élance sur les circuits régionaux, nationaux et internationaux. Son palmarès grandit avec lui. A 13 ans, il termine à la deuxième place de la coupe du monde X30 en junior et effectue sa première course sur le mythique circuit de Las Vegas. Seul avec son manager et son mécanicien, il s’envole à l’autre bout du monde pour la première fois. Dans ce pays où tout est surdimensionné, il est ébahi. « Il s’agit de la plus importante course de kart au monde avec 600 pilotes par catégorie. C’est vraiment énorme. C’est un vrai show à l’américaine ! » Cette fabuleuse expérience lui donne des ailes pour réaliser une belle performance l’année suivante. Il termine en pole position et son nom s’inscrit au milieu des plus grands compétiteurs de kart du monde. Un grand moment d’émotion, malgré la petite déception sur la ligne d’arrivée. « Je crois que j’ai marqué les esprits ! C’était tellement fou d’arriver en pôle position devant les meilleurs. » Trois ans plus tard, Julien est encore enflammé par cette course. Il a des aptitudes indéniables dans ce sport. Mais il garde les pieds sur terre, beaucoup d’humilité et se prépare physiquement et mentalement avec rigueur. Car il sait que, dans le domaine automobile, de nombreux facteurs entrent en jeu pour pouvoir gagner. « Du talent, peut-être mais sur le plateau, à un haut niveau, tout le monde en a. Derrière, il faut de la rigueur, de l’implication, et surtout le budget. »
L’adolescent affiche une certaine maturité. Loin d’ignorer les coûts du sport qui l’anime, il s’implique dans sa recherche de sponsors auprès de son père et son manager. En 2015, il est passé en Formule 4 et a disputé son premier championnat aux côtés des jeunes Alesi et Schumacher, fils des célèbres pilotes automobiles.
La saison 2015 est encourageante. Troisième au championnat de France junior de F4, Julien Andlauer brille également au trophée Andros et réalise le deuxième temps lors de la troisième course à Lans-en-Vercors. Rien ne l’arrête ! La nouvelle saison approche à grands pas et il conduira une Porsche 991 GT3, modifiée et allégée. « Freins modifiés, arceau, aileron, pneus Slick,… 460 chevaux pour 1 200 kg. Elle est belle, puissante, reconnue des constructeurs et procure un tel plaisir. J’en suis tombé amoureux, j’ai hâte de prendre le volant ! » Impatient mais serein. Le départ de la première course Porsche Cup aura lieu le 23 avril à Barcelone. Puis suivront Spa-Francorchamps, Zandvoort, Le Mans, Imola et Le Castellet. Auparavant, une simple séance d’entrainement à Zandvoort ce week-end. Et de nouveau le trophée Andros en fin de saison. Un programme chargé qui laisse peu de temps à Julien pour voir ses amis et surtout réviser le bac de français qu’il passera en juin. Scolarisé au lycée Branly à Lyon, il est actuellement élève en première et veut poursuivre ses études pour s’assurer une porte de secours professionnelle s’il ne réussit pas, comme il le souhaite, à devenir pilote usine. « Je sais que c’est très difficile de gagner sa vie dans le sport automobile mais je ferai tout pour y parvenir. » La détermination, la concentration et le goût du risque semblent guider Julien à une vitesse illimitée. Il devra, néanmoins, freiner ses ardeurs pour passer son permis de conduire à 18 ans, comme tout le monde.


Un palmarès prometteur

➢ 9e au trophée Andros à Isola 2000 en janvier 2016
➢ Champion F4 junior à Navarra 2015
➢ 3e championnat F4 junior à Hungaroring 2015
➢ 3e Europa X30 junior 2014
➢ Pole man à Las Vegas 2014
➢ 2e classement national français 2013
➢ Vice-champion national séries karting 2013
➢ 3e mondial X30 junior 2013
➢ 2e mondial X30 2012

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?