AccueilSpectacle vivantJosie Harcoeur, un fantôme de l'Olympia

Josie Harcoeur, un fantôme de l'Olympia

La nouvelle et deuxième création de la compagnie De onze à trois heures est à découvrir à la Célestine. Un spectacle délicieux, joyeux et glaçant à la fois.
Josie Harcoeur, un fantôme de l'Olympia
Franck Boutonnet - Josie Harcoeur, mise en scène de Cédric Rouillat

CultureSpectacle vivant Publié le ,

Après Ultra Girl contre Schopenhauer, Cédric Rouillat remet le couvert avec Josie Harcoeur.

Josie Harcoeur est une vedette de variétés des années 70 qui s'est suicidée sur scène. Plus personne ne se souvient d'elle à part Pierre Duclos, né justement le jour de sa disparition.

Étudiant-chercheur, il se met en quête d'indices et fait irruption dans le manoir de Yvonne Brodsky, secrétaire particulière de la chanteuse et gardienne de sa mémoire. On n'en dira pas davantage sur l'histoire... mais il faut aller découvrir cette Josie Harcoeur.

Elle a le goût délicieusement suranné des belles années, avec paillettes et poursuites. Se destinant à devenir dessinateur de B-D, Cédric Rouillat brosse un portrait hybride de son héroïne, entre Nicoletta, Sheila et Dalida, bourré de références telles le grand classique Boulevard du crépuscule de Billy Wilder.

Avec des lumières des étudiées et une utilisation particulièrement fine de la vidéo, Josie Harcoeur est un délicieux bonbon acidulé qui n'en reste pas moins ancré dans notre époque, et des questionnements universels ; la peur de vieillir, la quête de l'identité, l'identification aux icônes.

Théâtre des Célestins, la Célestine, jusqu'au 21 février, www.theatredescelestins.com

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?