Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Jordi Vautrel, marchand de curiosités

le - - Tendances / Mode

Jordi Vautrel, marchand de curiosités

Les Puces du Canal comptent une puce très particulière ! Celle de Nostradamus qui propose aux visiteurs et clients un ensemble d'objets plus originaux les uns que les autres, totalement dans l'esprit des cabinets de curiosités d'antan.

A droite, un paon naturalisé ; à gauche, un alignement d'anciens bocaux de pharmacie ; sur le devant, une composition d'insectes sous globe, tandis que dans le fond se détache un squelette en résine cerné par deux sirènes. C'est l'univers décalé de Jordi Vautrel, jeune marchand installé aux Puces du Canal depuis quelques mois.

Cet univers, c'est celui des cabinets de curiosités tels qu'ils existent depuis le XVIIe siècle quand quelques passionnés, dotés quand même de moyens financiers, réunissaient dans une pièce de leur propriété des objets à dominante naturelle aussi bien venus des antipodes que sortis tout droit du laboratoire scientifique d'un obscur docteur ou pharmacien. Rares, voire très rares, pourraient-on définir ces objets puisqu'en ces temps reculés, communiquer sur le sujet était réservé à une élite largement étendue aujourd'hui au grand public grâce aux moyens actuels de communication.

Reste que ces dits objets ne sont pas forcément pléthore sur le marché mais présentent la particularité de s'être largement diversifié au fil du temps. Loin du mobilier ancien, de la peinture académique et de l'antiquité au sens classique du marché, ils attirent aujourd'hui une clientèle de tous les âges de par leur originalité totalement miscible au concept moderne de décoration.

« La mise en scène est primordiale pour redonner vie à ces pièces oubliées »

Bien dans sa trentaine, Jordi Vautrel est totalement au fait de cette jeune génération curieuse de ces objets décalés. Manipuler un mannequin écorché du docteur Auzoux ou assembler un squelette d'étude de Boubé suscite pour lui le même engouement que trouver le meilleur angle pour présenter cet ours naturalisé ou faire briller les ors de cette chasuble ayant appartenue à un prêtre du XIXe siècle. « La mise en scène est primordiale pour redonner vie à ces pièces oubliées », précise-t-il les yeux plein de passion pour son sujet.

Car c'est bien là que réside le secret de sa « chine » quand il déniche sur adresse ou sur un marché un objet quasi invisible au milieu d'autres mais totalement remis en valeur dans le contexte du cabinet de curiosités. Son expérience, il l'a construite au fil des ans en accompagnant très tôt ses parents déjà brocanteurs. Son premier « coup », à l'âge de 5 ans se remémore-t-il avec un large sourire quand il insista pour faire acheter à son père une chaise revendue par la suite avec une belle plus-value. Si à l'époque, la première commission paternelle (400 francs) fut dépensée illico en pétards du 14 juillet, elle entraîna rapidement dans son inconscient ce désir de trouver, de chasser, cher à tous les chineurs.

A ce jour et s'il fallait déjà faire un bilan de sa jeune expérience, ses coups de cœur de chasseur de curiosités tiennent en deux pièces qui l'ont marqué : une paire de chiens en pierre datant du XIXe mais surtout une « Vanité », toile peinte du XVIIIe représentant un moine tenant un crâne, qu'il regrette encore d'avoir vendue.

Ses projets : développer des domaines comme celui des taxidermies anciennes pour lesquelles il faut être très au fait de la réglementation car on ne peut pas vendre n'importe quoi sans certificat ; mais également s'installer, en plus du Canal, dans un lieu où il pourrait présenter plus de choses encore et notamment de taille plus importante. En attendant, pleins feux sur « La Puce de Nostradamus » où quiconque partageant le même intérêt pour ces objets décalés peut trouver la pièce la plus inattendue, ceci depuis 5 € pour une pierre jusqu'à 3 000 € pour un ours naturalisé.

Voir aussi notre vidéo : https://www.le-tout-lyon.fr/videos-9548.html

« La Puce de Nostradamus », les Puces du Canal, Villeurbanne, Allée D (stand en intérieur) - Jeudi et dimanche de 9 h à 14 h




Philippe JAYET
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer