Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Jeep Wrangler : à la fois civilisée et débridée

le - - Automobile

Jeep Wrangler : à la fois civilisée et débridée

Descendante de la Jeep de la Libération de 1944, l'emblématique Wrangler s'est mise à la page, tout en perpétuant l'esprit de ses origines. Avec une forte personnalité pour échapper aux routines.

Aussi reconnaissable d'emblée qu'une Porsche 911 ou une Ford Mustang, la Wrangler évoque toujours avec talent la Jeep originelle née aux USA dès 1941. Certes, la nouvelle série JL, douzième génération de la lignée, a considérablement étoffé sa stature, devenue imposante. Et de sa devancière JK, elle reprend aussi le principe d'un châssis long de 5 places, l'Unlimited, de 4,88 m, qui complète l'habituel court 4 places, pour sa part de 4,33 m.

Taillée pour les grands espaces, cette américaine atypique conserve jalousement ses particularités traditionnelles, pare-brise rabattable et portes démontables avec un seul outil… bien que ces fantaisies ne puissent s'exploiter, de ce côté-ci de l'Atlantique, qu'au sein des domaines privés. Et si son toit, en toile en accès de gamme, en fait une découvrable, un hard-top « en dur » est aussi au programme. Complété, à partir de 2019, d'un toit ouvrant électrique en verre en option.

Après avoir vaincu la garde au sol en se hissant à bord, on réalise que le côté spartiate d'autrefois s'est estompé, au profit d'un certain « cocooning », avec garnitures moussées, habillages colorés et instrumentation conducteur partiellement numérique. Mais le plancher est conçu pour être lavable à grande eau !

Standardisant climatisation automatique, démarrage sans clé ou régulateur de vitesse, la finition d'accès Sport se montre déjà civilisée. Le stade intermédiaire Sahara étanche la soif d'équipement en ajoutant caméra de recul, écran central de 8 pouces avec navigation et connectivité, ou utiles marchepieds. Spécifique à l'Hexagone, le haut de gamme Overland met de série ce qui est proposé sous forme de packs ailleurs.

Mais cet oiseau rare de la production américaine se distingue avant tout par sa fidélité au châssis échelle, le mieux adapté pour le tout-terrain. Au même prix - à partir de 46 000 € - et sévèrement malussés, les 4 cylindres essence 2.O turbo de 272 ch et diesel 2.2 Multijet AdBlue 200 ch sont accouplés à une automatique ZF à 8 rapports. Avec, en « cœur technique », une transmission 4x4 rendue permanente pour la première fois. Et à distribution variable du couple entre les essieux. Mais la répartition des forces motrices - 10 % à l'avant, 90 % à l'arrière – reste typée « tout-terrain », même en utilisation routière normale. Mais on peut aussi rouler, si besoin, en deux roues motrices arrière (propulsion), ou bien en 4x4 avec des rapports courts, puis bloquer les deux différentiels, avant et arrière. Tout cela étant de série sur la version Rubicon, le « top » de la Wrangler en matière de franchissement. Adossée à la finition Sport (+ 6 600 €), elle autorise aussi le désaccouplement de la barre antiroulis avant lorsqu'il s'agit de « grimper aux arbres » !

Au volant, le turbo-diesel 200 ch apparaît silencieux et son couple de 450 Nm généreux. Sur l'autoroute, les 2,2 tonnes à mouvoir se font quand même sentir sous la pédale, mais l'excellente boîte auto permet de soutenir l'allure avec sérénité. Avec sa direction très démultipliée, tout-terrain oblige, le châssis long Unlimited n'a pas une tenue de cap aussi nette qu'une berline. Et sur les plus sévères courbes autoroutières glissantes, mieux vaut rester vigilant, car les 90 % de motricité sur l'essieu arrière peuvent contrarier l'harmonie du système 4x4. Sur sol sec, la réflexion ne vaut plus.

La formidable aptitude du châssis court à avaler les enchaînements de virages de montagne contraste avec la placidité du châssis long dans ces conditions. Plus amusante - et performante - que sa sœur 5 places sous le beau temps, sa conduite requiert néanmoins là encore une certaine retenue sur goudron détrempé.

Mettant en avant un confort et des qualités routières accrues sur la génération antérieure, la dernière Wrangler JL échappe aussi à la banalité qui assaille la plupart des autos de grande série d'aujourd'hui. Et là n'est pas le moindre de ses mérites.

Au sein du groupe FCA piloté par Fiat, c'est Jeep qui assure les plus gros volumes de production. Moins diffusée que les quatre SUV de la gamme, c'est pourtant la Wrangler qui perpétue la légende Jeep. Construite à Toledo, Ohio, USA, 70 % de sa production reste en Amérique du nord.




Fabien RIVIER
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer