AccueilHomme ou femme de la semaineJean-Yves Soetinck, la nouvelle génération des concepteurs lumière lyonnais

Jean-Yves Soetinck, la nouvelle génération des concepteurs lumière lyonnais

Né à Paris il y a 45 ans, arrivé dans la capitale des Gaules à l'âge de trois ans, Jean-Yves Soetinck revendique sa filiation de concepteur lumière lyonnais.
Jean-Yves Soetinck, la nouvelle génération des concepteurs lumière lyonnais
Photo D. Parent - Jean-Yves Soetinck

EconomieHomme ou femme de la semaine Publié le ,

Architecte d’intérieur et décorateur de formation, Jean-Yves Soetinck se définit volontiers comme un enfant du Plan Lumière. Interpellé par cette nouvelle façon de mettre en valeur la ville et son patrimoine architectural durant ses études, il choisit, une fois son diplôme en poche, de rejoindre l’un des « cinq mousquetaires » historiques de la conception lumière. « J’ai intégré l’agence de Roland Jeol, à Lyon, en tant que chargé de projet et c’est là que j’ai réellement appris mon métier pendant cinq ans », résume-t-il.


Une étape majeure dans son parcours, mais à laquelle il met fin en 2001 pour créer sa propre agence : L’Acte Lumière. « J’ai décidé d’aller apprendre la lumière par moi même, à la dure, parce que finalement il n’y a qu’en la manipulant, que l’on apprend réellement à la travailler. La lumière est immatérielle, il faut avoir la source lumineuse entre les mains pour bien comprendre. La théorie ne suffit pas », analyse Jean-Yves Soetinck. Installé à Rillieux, il bénéficie du soutien du paysagiste Alfred Peter, avec qui il travaille sur plusieurs dossiers, pour faire connaître son travail.


« Cela a été une chance, bien entendu, mais cela signifie aussi que j’ai été obligé de m’exporter en dehors de Lyon pour mener à bien mes premières opérations », regrette-t-il. Avec un premier coup d’éclat à Cagnes-sur-Mer, avant de s’illustrer à Dijon, à Troyes, à Grenoble… et surtout à Strasbourg. Au-delà du Plan Lumière de la ville, qui lui est confié, il impose son talent aux yeux du grand public avec la mise en lumière de l'emblématique cathédrale de la capitale alsacienne. « Je viens de livrer cette mise en lumière cette année et c’est incontestablement ma plus belle réussite. »


Fort de ces références, Jean-Yves Soetinck espère avoir l’occasion de travailler sur un grand projet lyonnais prochainement. « J’ai déjà été sollicité à Oullins, où j’ai mis en lumière la façade de l’Hôtel de Ville, à Villefranche et à Villeurbanne, mais j’aimerais vraiment avoir une opération emblématique à réaliser avec la Ville de Lyon. Aujourd’hui, avec les nouvelles techniques qui sont à ma disposition, je suis capable d’aller chercher très précisément une puissance, pour obtenir plus de finesse, plus de précision, plus de subtilité. »

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?