AccueilEconomieServicesJean Souchal : « Le marché des transports par câbles va s’intensifier dans les années à venir »

Jean Souchal : « Le marché des transports par câbles va s’intensifier dans les années à venir »

Vous venez d’inaugurer le tramway aérien de Rio.

EconomieServices Publié le ,

Existe-t-il d’autres projets de ce type en cours ?

Poma à Rio et au Brésil, c’est une longue histoire. Avant la mise en place de ce « métrocâble » du Complexo do Alemão à Rio (20 M€), qui représente la plus longue télécabine urbaine au monde avec ses 416 m de câbles, nous avions déjà réalisé plusieurs projets de tramway aérien dans ce pays. En 1970, nous avons entièrement rénové le téléphérique du Pain de Sucre (396 m) à l’entrée de la baie de Guanabara de Rio par l’intermé-diaire de notre filiale Agudio. Cette même année, à Apiai, une ville située à 5 km de São Paulo, nous avons créé le téléphérique industriel… Notre dernière réalisation, inaugurée par la prési-dente du Brésil, Dilma Roussef, en juillet dernier, est un succès. Deux mois d’utilisation gratuite sont prévus pour que les per-sonnes se l’approprient pleine-ment avant sa mise en exploi-tation dès septembre 2011. Il existe une véritable attente au niveau de ce type de transport notamment en Colombie et au Brésil. Des appels d’offres sont d’ores et déjà en cours. D’une manière générale, ce mode de transport doux commence à prendre de l’ampleur. L’Afrique du Nord, la Corée et l’Asie, mais aussi l’Amérique du Nord sont très intéressées.

Par rapport au mode de transport traditionnel, qu’apporte de plus le transport par câble ?

Les transports par câbles permettent de franchir certaines zones telles que des rivières et des dénivelés importants qu’il serait impossible ou trop coûteux de faire par des moyens plus traditionnels. À ce titre, ce mode de transport en pleine expansion à la fois écologique, rapide, et écologique, s’ajoute aux infrastructures existantes. Nous ne sommes pas en concurrence avec les tramways classiques, les métros et les voies de communication routière.

Peut-on espérer, un jour, voir des transports par câbles dans la région grenobloise ?

Nous n’avons jamais été aussi proches d’une réalisation. Après c’est une question de budget et d’étude afin que tout le monde puisse s’y retrouver. Le coût d’un tramway aérien s’avère moins élevé que des liaisons intermodales classiques. Mais cela reste un travail de longue haleine.

Quelle part représente l’export ?

Sur les 260 M€ de chiffre d’affaires que nous avons réalisé en 2010, 60 % est effectué à l’inter-national. Cette part ne descend jamais en deçà de 40 %. Nous sommes présents aux quatre coins du monde. Pour autant, nous ne négligeons pas notre image française d’une société implantée dans les montagnes ! Il faut être très présent sur son marché. Cela permet d’asseoir nos technologies et nos réfl exes.

Pour Poma, quel avenir représente le marché asiatique ?

C’est un marché qui bouge beaucoup. Nous avons fait le pari de nous développer en Asie depuis près de 25 ans et, il faut l’admettre, c’est réussi ! De nombreux touristes doivent se rendre dans des lieux emblématiques. Nos solutions de trans-port par câble séduisent fortement ces pays. Il y a une problé-matique de transport qui est en train de se mettre en place. De même, du côté des remontées mécaniques, la Chine comme la Corée du Sud présentent des perspectives intéressantes. Par exemple, de nombreuses sta-tions de ski sont en train d’émerger aux environs de Pékin ou Poma est naturellement présent. De même au Sichuan. C’est pourquoi, en 2010, nous avons créé une fi liale au nord de Pékin. Pour nous, l’Asie représente près d’un tiers de notre chiffre d’affaires

Quelles sont vos perspectives ?

Actuellement, nous avons un important chantier de 75 M€ en cours en Égypte, portant sur la réalisation d’un train sur coussin d’air tracté par câble qui desservira l’aéroport du Caire. D’autre part, nous allons conti-nuer de développer nos solu-tions de transport urbain par câbles. Nous sommes à l’aube au niveau mondial, de l’émergence de ce type de transport doux. Il existe une vraie demande des pays qui va crescendo. Nous allons également continuer nos actions de lobbying auprès des différents opérateurs de trans-port urbain. Nous croyons for-tement au développement des systèmes de déplacements par câbles dans les années avenir et estimons une croissance à deux chiffres de notre CA d’ici fin 2011.

Propos recueillis par Laurent Marchandiau

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?