AccueilExpositionJean-Michel Basquiat à Paris

Jean-Michel Basquiat à Paris

Jean-Michel Basquiat à Paris

CultureExposition Publié le ,

Né à Brooklyn en 1960, Jean-Michel Basquiat est portoricain par sa mère et haïtien par son père. Sa mère encourage son goût précoce pour le dessin mais, après un accident grave qui l'entraîne dans une longue convalescence, il se passionne pour l'anatomie qu'il étudie dans un livre offert par sa mère. Adolescent rebelle, il quitte le foyer paternel pour vivre sa vie dans les rues, subvenant à ses besoins par de menus travaux. A la fin des années 70 il recouvre de graffitis les murs de Manhattan en se rapprochant de la musique au contact d'artistes qu'il rencontre dans les boites de nuit à la mode. Sans domicile fixe il peint au grès des opportunités qu'il rencontre. Son travail attire alors l'attention de galeristes connus, aussi, rapidement, il est invité à exposer à New-York et en Europe : c'est la reconnaissance ! Proche d'Andy Warhol qu'il admire, il débute avec lui une longue amitié qui débouche sur une collaboration pendant laquelle les deux artistes réalisent plus d'une quinzaine de toiles « à quatre mains ». Leur rencontre les marque tant sur le plan artistique que personnel.

Untitlet 1981

Le parcours de l'exposition est chronologique et thématique. Il couvre toute la carrière du peintre avec 135 œuvres, des tableaux inédits en Europe et des peintures rarement montrées de son vivant. On divise arbitrairement l'œuvres de Jean-Michel Basquiat en trois périodes : Celle des années 1980 à 1982 pendant lesquelles il peint des personnages squelettiques aux visages « masqués ». Dans ces peintures il laisse percer son obsession de la mort. Puis, de 1982 à 1985 il peint sur toutes sortes de supports, et introduit des écritures et des collages dans ses tableaux, s'identifiant même avec ses personnages noirs. Enfin de 1985 à sa mort en 1988 il revient à un genre de peinture plus « figurative », symbolique, très différente de ce qu'il avait fait auparavant.

L'œuvre de Basquiat est singulière et originale dans son appropriation du hasard comme du quotidien. Ses compositions énergiques sont amples et peuplées de personnages, d'objets bizarres et de slogans poétiques. Sa matière épaisse est travaillée avec fougue.

Riding with Death 1988

Citons bien trop arbitrairement au fil des salles ces quelques œuvres : « Untitled » 1981, l'une des têtes monumentales qui ouvrent le parcours. Cette grande tête de 2m de hauteur représente un héros noir de l'histoire américaine. « L'Autoportrait » 1981 – « Dos Cabezas » 1982, le double portait de Basquiat et Warhol – « In Italian » 1983 : une énigme non encore résolue ! – « Cold Criot » 1984 : peint sur des planches de bois, et enfin « Riding with Death » ou le » Chevalier à la mort » 1988 : La simplicité de la composition semble étonnement annoncer la mort précoce de l'artiste quelques mois plus tard. Le sujet se rapporte à un dessin allégorique de Léonard de Vinci.

Cold Criot 1984

Il n'a suffit qu'une dizaine d'années à Jean-Michel Basquiat pour laisser une oeuvre immense ! l'on retrouve dans ses peintures tout ce qui lui tenait à coeur: son autobiographie, les héros noirs, l'anatomie, et son aversion pour le racisme, la mort et l'argent. Une rétrospective - événement exceptionnelle à voir absolument !

Brigitte Roussey

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?