Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Jean-Luc Raunicher : « Une mesure d'âge s'impose pour les futures retraites »

Publié le - - Economie

Jean-Luc Raunicher : « Une mesure d'âge s'impose pour les futures retraites »
Denis-Fabien Corlin - Jean-Luc Raunicher a été élu mi-décembre à la présidence du Fonds national pour le financement du dialogue social.

Réforme des retraites, activité économique régionale, actions de l'organisation patronale… le président du Medef Auvergne-Rhône-Alpes fait le point sur les sujets d'actualité.

Quel regard portez-vous sur les discussions en cours pour la réforme des retraites ?

La lettre, envoyée par le Premier Ministre Edouard Philippe aux organisations patronales et syndicales, fixe certains points, notamment aucune baisse des pensions, aucune hausse du coût du travail et l'équilibre financier en 2027. Nous sommes donc convaincus qu'une mesure d'âge s'impose. Cette mesure d'âge devra bien sûr tenir compte des carrières longues et des travaux pénibles. Nous pensons que le système à points est une bonne réforme. Ensuite, le gouvernement renvoie aux partenaires sociaux la résolution de l'équilibre financier et remet ainsi au centre du jeu les organisations syndicales et patronales. Chacun devra prendre ses responsabilités pour trouver un accord d'ici fin avril si nous ne voulons pas aboutir au même échec que lors des discussions sur la réforme de l'assurance chômage.

La grève a-t-elle eu des effets négatifs sur les entreprises régionales ?

La grande distribution comme le commerce de proximité ont subi des conséquences sérieuses, mais d'autres activités ont été impactées. Des entreprises industrielles, notamment du secteur de la chimie, ont recours au fret et ont donc été touchées par le mouvement.

Comment jugez-vous la santé économique actuelle ?

L'activité est globalement bien orientée même s'il y a des points de vigilance qui concernent l'automobile et l'énergie. Dans l'automobile, la remise en cause du moteur diesel, et plus généralement du moteur thermique, place les acheteurs dans une certaine expectative. Dans l'énergie, la filière nucléaire est importante en Auvergne-Rhône-Alpes et reste essentielle bien que certains voudraient une énergie totalement verte. Ces questions créent un trouble important.

Quelles nouvelles actions souhaitez-vous mener en 2020 ?

Nous sommes un Medef d'influence et de services. Nous avons déjà de nombreuses actions sur les thèmes des ressources humaines, de l'international, des levées de fonds et des croissances externes par exemple. Nous continuons aussi à agir en faveur de l'inclusion des personnes en situation de handicap.

L'égalité Hommes-Femmes est également un cheval de bataille ?

Nous comptons 25 % de femmes chefs d'entreprise, mais celles-ci restent sous-représentées dans les différentes instances où nous siégeons. Notre objectif est d'abord d'atteindre 30 % pour ensuite tendre vers la parité. Nous ne ménageons pas nos efforts pour aller chercher ces femmes chefs d'entreprise.

Pouvez-vous présenter votre nouveau dispositif baptisé Créa Duo ?

C'est un programme qui met en relation des chefs d'entreprise avec des créateurs ou repreneurs d'entreprise issus de Quartiers en Politique de la Ville ou de Zones de Revitalisation Rurale. Nous travaillons avec les différentes structures d'accompagnement à la création d'entreprise qui existent pour identifier les publics cibles. Ensuite, la marraine ou le parrain et sa ou son filleul(e) se rencontrent tous les mois pour partager leurs expériences. Créa Duo est l'exemple parfait d'un Medef plus inclusif.

Election à la présidence de l'AGFPN

Mi-décembre, Jean-Luc Raunicher a été élu à la présidence de l'Association de Gestion du Fonds Paritaire National (AGFPN). Son rôle : encadrer la gestion des fonds du paritarisme, alimentés par 0,016 % de la masse salariale brute des entreprises et abondés par une dotation de l'Etat, soit un peu plus de 128 M€. Le fonds a ainsi pour mission de collecter les ressources destinées aux organisations syndicales et patronales, de répartir et verser les financements auprès des organisations syndicales et patronales, de garantir la traçabilité des financements et l'application des règles de répartition, et de veiller à la conformité de l'utilisation des fonds alloués aux organisations concernées. Le fonds est géré paritairement par les organisations patronales et syndicales représentatives au niveau national et interprofessionnel.




Severine RENARD
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer