AccueilMusiqueJean-Guihen Queyras, discret et talentueux

Jean-Guihen Queyras, discret et talentueux

Jean-Guihen Queyras, discret et talentueux
© Yoshinori Mido

CultureMusique Publié le ,

Issu du CNSMD de Lyon, lauréat des concours Rostropovitch et de Munich, longtemps pilier de l’ensemble Intercontemporain où il a souvent joué sous la direction de Pierre Boulez mais aussi des Musicades, vainqueur des Victoires de la Musique en 2008 dans la catégorie soliste instrumental, Jean-Guihen Queyras n’est pas un inconnu des mélomanes lyonnais. Son jeu raffiné, précis et généreux, ressemble à cet artiste modeste, voire effacé, à qui on doit une éblouissante version des Suites de Bach.
Invité une nouvelle fois par l’ONL, ce virtuose de 49 ans revient dans une ville où il n’a que de bons souvenirs. « J’avais 13 ans, lorsque j’ai franchi les portes du CNSMD. L’établissement venait d’être créé. Nous essuyions les plâtres d’un conservatoire dont j’étais la petite mascotte ». Né à Montréal avant de suivre ses parents à l’âge de 5 ans, d’abord en Algérie, puis en Provence où, avec son frère Pierre Olivier, il crée les rencontres musicales Forcalquier, Jean-Guihen Queyras vit depuis 14 ans à Fribourg, où il enseigne, l’autre ville qui compte dans sa vie.
C’est d’ailleurs avec l’Orchestre baroque de Fribourg - « pour retrouver la transparence et certaines dynamiques qu’étouffent les orchestres modernes »- qu’il vient d’enregistrer son dernier album consacré au concerto de Schumann (Harmonia Mundi). A Lyon, il joue le concerto de Haydn, sous la direction de Ton Koopmann... sur instrument moderne. « Nikolaus Harnoncourt disait que l’important n’est pas l’instrument, mais la manière dont on le joue », conclut cet éternel adolescent qui profitera d’une journée de pause entre deux concerts pour animer une master class ouverte au public (vendredi 15 avril à 15 h)

Auditorium, 14 avril à 20 h, 16 avril à 18 h.

Happy days au violoncelle

Anne Gastinel, Raphaël Pidoux et quelques uns des musiciens de l’ONL pour participer à une journée entièrement consacrée violoncelle. Pendant toute l’après-midi, l’Auditorium bruissera des sonorités des archets déployés entre l’Atrium et plusieurs salles où le public pourra s’initier à l’instrument, voir comment il naît dans les mains du luthier et même découvrir un violoncelle à 5 cordes, utilisé dans la période baroque.
Auditorium, samedi 16 avril à partir de 13 h

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?