AccueilEconomieJean-Charles Foddis, le nouvel homme fort de l'Aderly

Jean-Charles Foddis, le nouvel homme fort de l'Aderly

Arrivé à l'automne 2015, Jean-Charles Foddis s'est installé aux commandes de l'Aderly sans brûler les étapes, mais avec la ferme intention de prolonger la dynamique initiée depuis plusieurs années. Il pourra, pour cela, s'appuyer sur les bons résultats enregistrés en 2015.
Jean-Charles Foddis, le nouvel homme fort de l'Aderly
Jean-Charles Foddis

Economie Publié le ,

Succéder à Jacques de Chilly à la tête de l’Aderly n’était pas chose aisée. Dans un style, certes différent, Jean-Charles Foddis, le nouveau directeur exécutif de l’agence de développement, semble en mesure de relever le défi. Car ce quinquagénaire lyonnais, issu d’une formation en biologie et en management industriel, dispose d’une solide expérience industrielle dans les domaines des biotechnologies et de la cosmétique. Fort d’un parcours qui lui a permis de s’étalonner au sein de start-up et de PME innovantes, filiales de grands groupes industriels, « il a le profil du manager expérimenté à l’international que nous recherchions », assure Emmanuel Imberton, président de la CCI Lyon Métropole et co-président de l’Aderly.


Son aventure aux commandes de l’Aderly débute d’ailleurs sous les meilleurs auspices. Comme il l’a, lui même, souligné, en les dévoilant, « les résultats 2015 sont très bons. Mais ce sont avant tout ceux des équipes dirigées par mon prédécesseur », a-t-il indiqué modestement. Qu’ils incombent, tout ou seulement en partie, à l’action menée par Jacques de Chilly, les chiffres sont là pour attester de la dynamique qui porte la capitale des Gaules. Avec 92 projets d’implantation validés, l’Aderly fait nettement mieux qu’en 2014, où le total s’établissait à 84 projets concrétisés. « En nombre d’emplois générés, en revanche, nous enregistrons une légère baisse de 5 %, avec 1 839 emplois créés à 3 ans », souligne Jean-Charles Foddis.


Pour le nouveau directeur de l’exécutif de l’Aderly, ces chiffres sont d’autant plus prometteurs, que 47 % des projets implantés sont portés par des capitaux étrangers. « Si les investisseurs européens restent globalement les plus nombreux, la répartition par pays place les Etats-Unis au premier rang avec 9 projets, devant le Royaume-Uni et l’Allemagne », détaille-t-il. Dans cet ensemble très classique, Jean-Charles Foddis relève cependant la concrétisation de quatre dossiers asiatiques : deux pour la Chine et deux pour le Japon. Des projets qui confirment l’attractivité croissante de Lyon de l’autre côté de la planète.


Ces perspectives sont encourageantes. Les projets concrétisés tournent souvent autour de fonctions stratégiques. « Par ailleurs, nous constatons que plusieurs de ces dossiers portent sur des transferts d’activités, qui n’étaient pas sur notre territoire précédemment. Dans un contexte de concurrence internationale exacerbée, cela signifie que les arbitrages se font en faveur de Lyon », analyse-t-il. Avant de conclure en évoquant l’avenir et notamment les ambitions de l’Aderly en Russie : « Nous avons mené des missions de prospections dans ce pays en 2015 et nous allons poursuivre dans ce sens, car nous avons le sentiment qu’il y a là un potentiel très important. »

Jacques Donnay

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?