Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Jazz à Vienne 2019 / Une affiche de Loustal et une connotation antillaise

le - - Musique

Jazz à Vienne 2019 / Une affiche de Loustal et une connotation antillaise

Première présentation jazzy cosy du festival viennois au cœur d'un automne gris au café Sofffa Guillotière à Lyon, puis le même jour à Vienne mardi 20 novembre dernier.

Le festival de jazz dévoile l'exotisme paisible de son affiche signé du dessinateur Loustal : un couché de soleil, une jeune femme yeux fermés en écoute de sa musique, une île, des palmiers, et des musiciens…Le tout au cœur des premiers frimas de nos régions .

Depuis le départ de l'historique dessinateur Bruno Théry, qui imprima l'identité visuelle du festival de 30 éditions de 1988 à 2017, l'affiche est confiée à un dessinateur différent chaque année dans le cadre d'un partenariat de Jazz à Vienne avec le festival international de la bande dessinée d'Angoulème.

Jacques de Loustal, dit Loustal, est né en 1956. À la fin des années 70, alors étudiant en architecture, Loustal commence à publier des illustrations dans Rock & Folk où il rencontre Philippe Paringaux. Ensemble, ils signeront une dizaine d'albums dont Barney et La Note bleue, Cœurs de sable, Kid Congo, Le Sang des voyous...

Il a signé récemment avec Jean-Claude Götting Pigalle 62.27 et Black Dog. Il a réalisé de nombreuses affiches parmi lesquelles celles de Paris Plage ou du Festival de jazz de Pori. Artiste prolifique, Loustal a publié à ce jour plus de 80 ouvrages.

La saison Jazz à Vienne encore en élaboration, sera dévoilée avec force détails le 19 mars 2019, mais déjà Samuel Riblier, directeur général, et Benjamin Tanguy, directeur artistique, ont donné quelques pistes, comme la part belle donnée aux musiciens jazz des Antilles : « Ils souffrent de ne pas être reconnus dans la catégorie jazz et sont automatiquement classés en world music, précise Benjamin Tanguy. » Le talentueux Christophe Chassol, originaire de la Martinique, sera au rendez-vous, avec le dessinateur Brecht Evens, au cours d'un concert dessiné de création…une rencontre des arts en live, dont la première a été initiée en 2018.

Les musiciens -chanteurs de Hocus Pocus, chantres du "hip-hop jazz", ou du "jazz hip-hop" (comme on voudra), viendront aussi enchanter la scène de l'antique théâtre.

Autre concert confirmé et annoncé par la direction du festival, le compositeur arrangeur, saxophoniste, John Zorn.

Egalement au rendez-vous estival : le célèbre Bobby Mc Ferrin, lauréat de 10 grammy, qui a su brouiller les pistes et connecter musique « savante » et pop.

Il a traversé les générations en star de la pop, mais peu de gens savent que ces parents étaient artistes lyriques.

Son père baryton du Metropolitan Opera, et sa mère soliste soprane. Le dernier album de Bobby, Spirityouall, joue avec les racines du blues.

Avant ces réjouissances estivales, Jazz à Vienne co-produit une "inter-saison" automne-hiver 2018-19 avec plusieurs institutions et lieux de musique, le théâtre antique n'étant pas utilisable.

Ainsi, en commençant par la fin de cette intersaison, la féline Youn Sun Nah le 13 mai 19, en coproduction avec l'Auditorium - orchestre national de Lyon. Le 30 avril, l'international Jazz Day, créé par Herbie Hancock et l'Unesco. En 2019, pour la septième année consécutive, Jazz à Vienne coordonne cet événement sur le territoire avec le soutien du Pôle métropolitain. Le 28 mars, salle du manège en coproduction avec le festival les Détours de Babel, Anne Paceo... Pop, groove, hip-hop, jazz, la batteuse de jazz est de tous les projets. Le 26 mars 19, en coproduction avec l'Auditorium-orchestre national de Lyon, Brad Mehldau parachève le pont invisible qu'il érige entre jazz et musique classique. Le 18 mars, également avec l'auditorium lyonnais, Anouar Brahem; et le 18 décembre 18, salle du manège à Vienne, ce sera Cartoons. Les onze musiciens du Sacre du Tympan continuent ainsi leurs explorations de la musique à l'image.

Youn Sun Nah en intersaison

Retour sur 2018

L'édition 2018 a été un succès, on est tenté de dire comme les précédentes. On se souvient toutefois que les autorités municipales avaient souhaité que le festival irrigue mieux la consommation locale. La fréquentation extérieure au divin théâtre antique est en hausse, mais bien sûr la jauge de ce dernier est contrainte, on n'est pas aux Vieillles Charrues : "Nous ne sommes pas en recherche de battre tous les records de fréquentation, explique le directeur Samuel Riblier, nous préférons une belle soirée à 5000 personnes dans de très bonnes conditions de sécurité et d'écoute, que des soirées plus compliquées avec 7500 spectateurs". Les tableaux de chiffres quand même affichent 82000 spectateurs dans le théâtre (15 soirées) dont 16,5% d'abonnés ; 76500 spectateurs devant la scène gratuite de Cybèle (+25% en 2018).




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer