AccueilEconomieIndustrieJassans-Riottier : avec Granuplast, le plastique sera fantastique

Jassans-Riottier : avec Granuplast, le plastique sera fantastique

Implantée à Jassans-Riottier grâce au concours de l’Aderly, la société présidée par Thierry Aubrun va produire des granulés plastiques à partir de déchets issus des poubelles jaunes des collectivités et des chutes de production industrielle.
Jassans-Riottier : avec Granuplast, le plastique sera fantastique
Photo Aderly - Thierry Aubrun envisage d'investir rapidement dans une deuxième ligne de production

EconomieIndustrie Publié le ,

Créée au printemps 2020 à l’initiative d’un groupe d’industriels franco-suisses et présidée par Thierry Aubrun, ancien expert-comptable et commissaire aux comptes, la société Granuplast a pris possession d’un terrain de 1 hectare dans la zone industrielle de la Grande Borne, à Jassans-Riottier.

Sur ce site précédemment occupé par le Groupe RBDH, spécialiste de la sous-traitance mécanique et de l’usinage, Granuplast développe une activité de recyclage de déchets plastiques.

"Nous avons investi 9 M€ en phase 1, dont 4 M€ pour installer une première ligne de production entièrement automatisée, explique Thierry Aubrun. Elle s’étend sur 60 mètres de long et dispose d’une capacité de production de produits recyclés de 3 à 4 tonnes par heure."

Pour le président de Granuplast, le caractère novateur du projet réside dans sa capacité à assurer à la fois le broyage et l’extrusion par une chaîne entièrement automatisée, là où les autres industriels procèdent par étapes.

Granuplast, 50 emplois à trois ans

"Nous recevons des balles de plastique qui sont issues des collecteurs trieurs, eux-mêmes récupérant les déchets des poubelles jaunes des collectivités et les chutes de production industrielle. Le process commence par le déchiquetage des balles de plastiques en morceaux d’environ 50 mm. Les plastiques subissent ensuite un nouveau broyage qui les réduit à une granulométrie de 10 mm. S’ensuivent plusieurs étapes de tri, d’abord par flottation, puis un tri plus technologique qui pourra se faire soit par tri optique, soit par tribo-électricité, de manière à parfaitement séparer le PE et le PP. Les paillettes obtenues sont ensuite extrudées en granulés et mises en big-bags", détaille-t-il.

La nouvelle usine doit permettre le recyclage du plastique de type polyéthylène souple et rigide (PEBD et PEHD), ainsi que du polypropylène (PP) à partir de balles de polyéthylène (PE) déjà triées et nettoyées. Les produits transformés pourront ensuite être réintroduits dans l’industrie de la plasturgie. La totalité de la production sera commercialisée en France auprès d’industriels spécialistes de l’extrusion.

Une deuxième étape est d’ores et déjà prévue au calendrier du président de Granuplast. "Nous allons encore investir 5 à 6 M€ pour installer une deuxième ligne de production. Ainsi, à terme, nous serons capables de gérer entre 100 et 120 tonnes de plastique par jour", assure-t-il. A horizon de trois ans, l’entreprise devrait employer une cinquantaine de personnes.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 21 mai 2022

Journal du21 mai 2022

Journal du 14 mai 2022

Journal du14 mai 2022

Journal du 07 mai 2022

Journal du07 mai 2022

Journal du 29 avril 2022

Journal du29 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?