Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

International - L’Etat, la Région et la CCIR s’unissent pour soutenir l’export

le - - Services

Mardi 14 juin, dans les locaux de la CCIR Rhône-Alpes, l’Etat, représenté par Pierre Lellouche, secrétaire d’Etat au Commerce extérieur, et par le préfet Jean-François Carenco, la Région Rhône-Alpes, conduit par son président Jean-Jack Queyranne, et la Chambre de Commerce et d’Industrie de Région, emmenée par Jean-Paul Mauduy, son président, ont paraphé une charte de partenariat stratégique pour l’accompagnement des entreprises à l’export. D’ores et déjà, sept mesures visant à rendre le dispositif régional plus performant et mieux coordonné ont été adoptées.

Mardi 14 juin, dans les locaux de la CCIR Rhône-Alpes, l’Etat, représenté par Pierre Lellouche, secrétaire d’Etat au Commerce extérieur, et par le préfet Jean-François Carenco, la Région Rhône-Alpes, conduit par son président Jean-Jack Queyranne, et la Chambre de Commerce et d’Industrie de Région, emmenée par Jean-Paul Mauduy, son président, ont paraphé une charte de partenariat stratégique pour l’accompagnement des entreprises à l’export.

D’ores et déjà, sept mesures visant à rendre le dispositif régional plus performant et mieux coordonné ont été adoptées. Elles pourront être complétées à l’avenir.

« Notre ambition est de rendre plus lisibles les dispositifs et services proposés par l’ensemble des acteurs de l’international en région. Nous voulons également coordonner leurs actions, afin de renforcer leur efficacité », a souligné Jean-Paul Mauduy. Tandis que Jean-Jack Queyranne insistait sur la « nouvelle dynamique qui se fait jour pour conforter durablement le positionnement international des entreprises de la région. Pour réussir à l’export, il faut être innovant, compétitif et répondre au mieux à la demande. Notre partenariat régional sera la clé de ce cercle vertueux. »

Pour Pierre Lellouche, les mauvais résultats du commerce extérieur français sont une hérésie. « Nous avons les savoir-faire, même si notre tissu industriel est plus faible que celui des Allemands, et pourtant les résultats ne suivent pas ; il faut absolument que nous inversions la tendance », affirme-t-il. Car il ne s’agit pas simplement d’affi - cher une balance commerciale excédentaire, mais de recréer une dynamique de conquête à l’international, dont chacun profitera. « Si nous voulons créer de l’emploi, nous devons aller chercher les marchés là où ils sont, c’est-à-dire dans les pays émergents. »


Jean-Paul Mauduy, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie Régionale Rhône-Alpes : « Les CCI sont désormais le point d’entrée unique pour l’international »

Avec cette charte, n’est-ce pas finalement un énième dispositif qui est proposé aux chefs d’entreprise et qui va encore les embrouiller dans les démarches à suivre, quand ils veulent aller à l’international ?

Les entrepreneurs en ont effectivement assez d’avoir des portes d’entrée dans tous les coins et de ne pas savoir, finalement, vers qui se tourner lorsqu’ils ont un véritable besoin en matière d’international. Et ce qui me paraît justement important avec cette charte, c’est qu’à travers cet accord signé entre l’Etat, la Région et, à travers la CCIR, l’ensemble des chambres de commerce territoriales de notre région, ils ont désormais un interlocuteur clairement identifié. Car la charte dit expressément que la porte d’entrée à l’international, ce sont les CCI. En Rhône-Alpes, cela fait exactement 17 portes d’entrées territoriales pour accéder à une seule et même maison : la CCIR.

Peut-on réellement se passer d’ERAI au moment de signer un tel accord ?

Nous n’avons effectivement pas signé un accord avec ERAI. Mais nous avons signé un accord avec la Région et ERAI n’est pas autre chose que le bras armé de la Région. Vous pourriez tout aussi bien me dire que nous n’avons pas signé un accord avec UbiFrance. Mais nous avons signé un accord avec l’Etat et UbiFrance est le représentant de l’Etat. Je vous fais d’ailleurs remarquer que les bureaux d’UbiFrance sont installés ici, au siège de la CCIR. Non, croyezmoi, cette charte est bel et bien un exemple de mise en commun de toutes les énergies, de toutes les ressources, pour aller vers un même objectif : rendre service à nos entreprises désireuses d’agir à l’international et leur simplifier les choses le plus possible.

En créant cette fameuse Maison de l’international ?

Tout à fait, la Maison de l’international existe désormais, en tout cas sur le papier, et on pourrait presque dire qu’elle existe physiquement, tant nos murs sont proches de ceux de la Région. C’est cela la Maison de l’international. Ici, à la CCIR, si l’on ajoute les compétences des spécialistes qui travaillent dans les CCI territoriales, ce sont 80 personnes qui sont mobilisées en permanence pour apporter leur appui aux chefs d’entreprise qui partent à la conquête des marchés étrangers. D’ailleurs, permettez-moi de dire que ce n’est finalement pas un hasard, si nous avons franchi cette étape et signé cette charte, ici, en Rhône-Alpes. Le terrain était préparé depuis deux ou trois ans et notamment suite au succès de la quinzaine de l’international, qui repose sur cette faculté offerte aux chefs d’entreprise d’avoir sous la main en un seul lieu tous les interlocuteurs de l’international. Tout est parti de la base et des besoins exprimés par les chefs d’entreprise. Et je trouve que cela ne manque pas de sens, que ce soit dans la maison des entreprises, justement, puisque les CCI sont leur maison, que l’on renseigne les entreprises.


Les 7 mesures phares de la charte

Organisation du contact de proximité pour les PME. Coordination dans la programmation et la mise en oeuvre des missions collectives à l’international.
Complémentarité entre ERAI et UbiFrance pour les prestations individuelles aux entreprises.
Les implantations d’ERAI à l’international constituent le support privilégié par l’ensemble des partenaires pour l’accueil physique des entreprises rhônalpines.
Promotion de la procédure du Volontariat International en Entreprise (VIE) auprès des entreprises de la région.
Mise en oeuvre du dispositif « partenariats technologiques internationaux ». Facilitation de l’accès au financement pour l’export des PME.




GiB
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer