AccueilEconomieIndustrieMobilité : le vélo-cargo Freegônes en plein essor grâce à Renault Trucks

Mobilité : le vélo-cargo Freegônes en plein essor grâce à Renault Trucks

Freegônes, le vélo-cargo créé par l’entreprise lyonnaise Kleuster, entre dans une période d’essor industriel. Le triporteur électrique va être assemblé et distribué par le constructeur Renault Trucks depuis ses usines de Vénissieux.
La ligne d'assemblage des vélos-cargos Freegônes dans les usines de Renault Trucks à Vénissieux.
© ES - La ligne d'assemblage des vélos-cargos Freegônes dans les usines de Renault Trucks à Vénissieux.

EconomieIndustrie Publié le ,

Liés par la même ambition de proposer aux professionnels des solutions de mobilité urbaine décarbonées, Kleuster, constructeur lyonnais de triporteurs à assistance électrique, et Renault Trucks se rapprochent pour accélérer la production et la commercialisation du Freegônes.

Ce vélo-cargo sera assemblé au coeur du site industriel de Vénissieux de Renault Trucks et commercialisé dans le réseau européen du constructeur.

Dossier spécial vélo : l'économie qui grimpe… qui grimpe !

Objectif : 3000 Freegônes par an

Ainsi, Kleuster va passer de 1 à 12 véhicules Freegônes assemblés par jour. L’objectif visé est de 3000 à l’année. Onze personnes issues des usines de motorisation des camions ont été dédiées à ce challenge sur la base du volontariat. La baisse de production conjoncturelle due à la difficulté d’approvisionnement permet ce transfert de personnels chez Renault Trucks.

Le constructeur a aussi transformé un ancien atelier de stockage de 2100 m2 en usine d’assemblage pour Freegônes, de l’arrivée des pièces jusqu’au test en fin de ligne, en passant par toutes les adaptations métiers du triporteur. En s’appuyant sur les distributeurs du constructeur dans plusieurs pays d’Europe, Kleuster bénéfice d’un maillage dense et de proximité, garant d’une qualité de service tant sur le plan de la commercialisation que de l’après-vente.

"Renault Trucks s’impose comme le partenaire idéal pour la montée en puissance de Kleuster. Les deux entreprises partagent l’ambition de fournir la solution de mobilité urbaine la plus pertinente possible dans les milieux à forte densité de population. Cette convergence avec Renault Trucks nous est donc apparue bénéfique pour nos deux entreprises, permettant de répondre à la fois aux enjeux environnementaux d’aujourd’hui, mais aussi aux besoins de nos clients et prospects", souligne Gérard Têtu, fondateur et dirigeant de Kleuster.

De son côté, Renault Trucks ajoute une corde à son arc et s’ouvre à un nouveau potentiel de clientèle en couvrant l’ensemble de la chaîne logistique. Là où les camions s’arrêtent, le Freegônes prend le relai.

"Le vélo-cargo peut être une réponse pour nos clients qui opèrent en milieu urbain et recherchent des solutions pour accéder aux zones sans émission. Grâce à ce partenariat avec Kleuster, Renault Trucks se démarque et prend un temps d’avance pour répondre de façon encore plus précise aux attentes de ses clients et futurs clients", explique Bruno Blin, président de Renault Trucks. Avec ce partenariat gagnant-gagnant, il entend aussi démontrer que "l’esprit start-up est possible dans une grande entreprise".

© ES - Une ligne d'assemblage de Freegônes dans des locaux de 2100 m2.

Des vélos-cargos modulables

Grâce à son agilité et son petit gabarit, le Freegônes permet de s’approcher au plus près des lieux de livraison et donc des clients. Ce triporteur doté d’une autonomie de 80 km, ou d’une journée de travail, peut s’avérer plus productif qu'un petit véhicule utilitaire, mais également plus économique. Basé sur un châssis unique, le Freegônes propose cinq modules : cellule sèche, cellule frigorifique, food, plateau et benne.

Tandis que le Freegônes cellule sèche affiche une capacité d’emport de 350 kg de charge et 2 m3 de volume utile, le Freegônes cellule frigorifique est le seul vélo-cargo à proposer une cellule froid positif et froid négatif homologuée ATP, pour une plage de température comprise entre -25 à +4°C.

Le module benne à déchets est quant à lui le seul à pouvoir se déverser de manière automatique en moins de 20 secondes dans un camion benne ou un container.

Ce vélo-cargo s’adresse à une multitude de cibles, de la livraison et collecte de colis ou d’alimentation, à la messagerie en passant par l’artisanat, la collecte de déchets, l’entretien des espaces verts et encore les métiers de bouche.

© ES - Kleuster s'adapte à plusieurs métiers de la logisitique et de l'artisanat.

Un vélo-cargo qui a déjà séduit les professionnels

Ce petit véhicule triporteur fait déjà le bonheur de 200 professionnels depuis huit ans, du livreur de produits froids au plombier, en passant par le food-truck. Mais Kleuster peinait à se développer.

La crise Covid avait d’ailleurs failli faire capoter l’aventure de Gérard Têtu et de Kleuster, faute de fonds. C’est alors que le groupe de distribution automobile Jean Lain lui a proposé de l’intégrer et de l’épauler financièrement, pour lui permettre de se développer.

Ensuite, l’appui à l’industrialisation est venu de la part de Renault Trucks, qui y voit l’opportunité de se hisser comme le groupe champion de l’électrique, du camion au vélo-cargo du dernier kilomètre, dans les zones difficiles à atteindre, les zones à faibles émissions (ZFE), etc.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 03 décembre 2022

Journal du03 décembre 2022

Journal du 26 novembre 2022

Journal du26 novembre 2022

Journal du 19 novembre 2022

Journal du19 novembre 2022

Journal du 12 novembre 2022

Journal du12 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?