AccueilEconomieImpression 3D, une révolution industrielle en marche

Impression 3D, une révolution industrielle en marche

Impression 3D, une révolution industrielle en marche

Economie Publié le ,

Lire aussi, suite du dossier:

http://le-tout-lyon.fr/impression-3d-une-revolution-industrielle-en-marche-6117.html

http://le-tout-lyon.fr/x3d-groupe-a-ouvert-son-centre-d-impression-3d-6119.html

http://le-tout-lyon.fr/slat-realise-ses-prototypes-en-impression-3d-6120.html

http://le-tout-lyon.fr/premiers-pas-en-region-6121.html

http://le-tout-lyon.fr/l-usine-moteur-de-renault-trucks-a-internalise-l-impression-3d-6122.html

http://le-tout-lyon.fr/id-pro-plateforme-technologique-pour-les-etudiants-et-les-pme-6123.html

L'idée de fabriquer des pièces d'automobile dans son garage, grâce à l'imprimante 3D de bureau, a braqué les projecteur sur cette nouvelle technologie. Datant d'une quinzaine d'années, le marché, en pleine croissance aux Etats-Unis, balbutie en France. Pourtant, une vraie révolution industrielle se joue. Le procédé rebat les cartes pour intégrer des logiques complètement différentes de celles pratiquées dans l'industrie depuis des décennies. « Nous ne sommes pas dans l'effet mode grand public, affirme Jean Palix, chef de projet du programme Performance PME et consultant à l'Institut des ressources industrielles à Lyon. Les nombreuses conférences chaque mois en France et en Rhône-Alpes font carton plein. Une vraie révolution se joue dans le secteur de la métallurgie. »
Car c'est bien du côté des industriels que viendront les bouleversements. « Nous en sommes aux balbutiements industriels mais tout évolue très vite : les logiciels, les procédés, les matières, les prix des machines. Sur le long terme, les usineurs et les fondeurs ont du souci à se faire », projette Olivier Gomez, responsable méthode projet de l'usine moteur Volvo Renault Trucks de Vénissieux. « En France, les gros industriels investissent, note Thierry Barrandon, délégué général de la Métallurgie Rhodanienne. Elles ont initié les phases de réflexion et de R&D car il y a encore peu de retour sur investissement. Il existe aussi un réel mouvement de fonds des PME et des TPE qui s'intéressent au sujet. Elles démarrent avec les plateformes technologiques existantes car les investissements et le choix de la technique restent mal maitrisés. »
Ce changement de vision est à intégrer au sein de l'industrie, dont les difficultés des dernières années l'incitent à repenser ses modèles économiques. Témpons de cette évolution, les entreprises Slat et Volvo accompagnent des équipes qui n'ont pas encore pris toute la mesure des potentialités des technologies. « Les ingénieurs ne sont pas encore complétement formatés pour l'impression additive, tout comme les demandeurs, et limitent leurs créativités », constate Rija Andria, directeur des opérations et de la qualité chez Slat. Aucun secteur d'activité n'y échappera. La révolution industrielle est en marche et offre des débouchés particulièrement intéressants pour les jeunes qui embrasseront ces carrières mêlant industrie, informatique et robotique. « La demande des industriels est forte et nos étudiants plébiscités. Leur embauche est assurée », se réjouit Marc Benbahi, animateur de la plateforme technologique ID Pro au lycée Louis Aragon de Givors.

L'impression 3D pour les nuls

L'industrie actuelle s'emploie à enlever de la matière d'un bloc de matière. L'impression 3D, ou impression additive en ajoute, par couches, d'après une forme imaginée via un outil de CAO.

Les avantages :
- Rapidité dans le développement de prototypes pour valider un design, une forme, une fonctionnalité
- Outil de personnalisation, notamment dans le secteur médical qui peut produire des semelles, des dents ou des implants adaptés une morphologie
- Réalisation des « moutons à cinq pattes », difficiles dans l'industrie traditionnelle

Les matières

- Les plastiques, les plus répandus, grâce notamment à la technique du dépôt de filaments (sous forme de bobines) fondus
- Les polyamides utilisent la technique du frittage laser et se présentent en poudre
- Les résines proposent des pièces solides pour des impressions détaillées et complexes
- Les métaux comme l'aluminium, l'acier, le cobalt ou le titane ont fait leur entrée dans l'industrie aéronautique ou le médical
- La céramique, couplée à de la résine liquide, fait son apparition
- Les matières alimentaires comme le fromage ou le chocolat peuvent également être « imprimées en 3D » pour la décoration

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?