AccueilActualitéPolitiqueImpôts à Lyon : la taxe foncière va augmenter de 9 % en 2023

Impôts à Lyon : la taxe foncière va augmenter de 9 % en 2023

La Ville de Lyon annonce son intention d'augmenter la taxe foncière de 9 % en 2023. La décision sera présentée le 19 janvier en conseil municipal. Les oppositions tirent à boulets rouges sur Grégory Doucet et la majorité écologiste.
La majorité écologiste à la Ville de Lyon a officialisé lundi 2 janvier sa décision d'augmenter la taxe foncière de 9 % en 2023.
© Freepick - La majorité écologiste à la Ville de Lyon a officialisé lundi 2 janvier sa décision d'augmenter la taxe foncière de 9 % en 2023.

ActualitéPolitique Publié le ,

La Ville de Lyon a annoncé ce lundi 2 janvier sa volonté d'augmenter de 9 % la taxe foncière en 2023. Une décision qui sera présentée au prochain conseil municipal le 19 janvier. La majorité écologiste expose les raisons de cette hausse programmée et pointe en premier lieu l'Etat comme responsable :"Cette mesure s’inscrit dans un contexte d’augmentation des coûts qui s’imposent aux collectivités et de politique d’austérité de l’État avec une baisse de la dotation globale de fonctionnement de 50% en dix ans à Lyon", souligne la Ville.

"Cette mesure permet de conserver une situation financière saine et de poursuivre le développement des services publics et investissements nécessaires pour demain et les générations futures", ajoute la collectivité, précisant que "les augmentations inédites des coûts liées à l’énergie et l’inflation ont engendré une facture supplémentaire prévisionnelle d’au moins 30 millions d’euros pour la Ville de Lyon".

"Nécessaire et maîtrisée, cette augmentation a pour but de maintenir de façon pérenne le niveau de service public, en développant sa qualité et poursuivant les investissements. La municipalité a notamment fait le choix de maintenir ouverts les équipements municipaux, tels que les musées, les bibliothèques ou les piscines sans aucune augmentation des tarifs", défend Audrey Hénocque, 1re adjointe déléguée aux finances, à la commande publique et aux événements.

18 mesures pour baisser la consommation énergétique à Lyon

Hausse de la taxe foncière à Lyon : quel impact sur le porte-monnaie ?

La majorité écologiste cherche à nuancer l'impact de cette décision sur les contribuables lyonnais. "Cette mesure équivaut à 5 euros de plus par mois en moyenne pour la ou le propriétaire d’un logement. Pour rappel, seul un tiers des Lyonnaises ou Lyonnais est propriétaire d’au moins un logement et est donc concerné par cette augmentation", insiste la municipalité, évoquant une hausse de 33 euros par an pour un T2 de 40 m2, de 43 euros pour un T3 de 70 m2 ou de 178 euros pour un T4 de 100 m2.

© Séverine Renard / photo d'illustration

Les oppositions vent debout contre la hausse des impôts locaux

Aussitôt la nouvelle officialisée, les oppositions municipales sont montées au créneau. Le groupe "Pour Lyon", présidé par Yann Cucherat, évoque une décision qui ne le surprend pas. "Dès le début du mandat, notre groupe alertait sur des orientations budgétaires déraisonnées de lexécutif municipal - réduction de l’autofinancement, augmentation du temps de désendettement.... -, ainsi que leurs conséquences sur les coûts de fonctionnement de la ville, et lui rappelait quils seraient difficiles à assumer en cas de conjoncture défavorable", soulignent les élus dans un communiqué.

"Nos cris dalerte auront malheureusement été vains et labsence de choix clairs poussent désormais le Maire à revenir sur lune de ses promesses phares, selon laquelle il ny aurait « pas de hausse dimpôt durant ce mandat ». Un mensonge supplémentaire mis sur le dos de la conjoncture mais qui nest autre que la conséquence dune politique mal menée", fustigent le groupe "Pour Lyon".

"Grégory Doucet s'est de nouveau décidé à faire les poches des Lyonnais"

Quant au groupe Droite, centre et indépendants, il témoigne de sa colère en employant une métaphore : "Grégory Doucet s'est de nouveau décidé à faire les poches des Lyonnais", référence à la hausse de la majoration sur les résidences secondaires en 2022.

Le groupe emmené par Pierre Oliver rentre dans les détails pour appuyer le propos : "Avec une exécution des dépenses d'investissement de seulement 69 % en 2022 - encore moins qu'en 2020 et 2021 - nous voyons bien que ce n'est pas pour l'avenir que cette hausee d'impôts est faite mais bel et bien pour venir au secours d'un fonctionnement dispendieux."

David Kimelfeld : "Un mauvais coup porté aux travailleurs modestes et aux classes moyennes"

David Kimelfeld y voit pour sa part "un mauvais coup porté aux travailleurs modestes et aux classes moyennes alors que l’inflation et la crise de l’énergie pèsent sur les ménages".

L'ex-président de la Métropole de Lyon, qui siège de nouveau depuis juillet au conseil municipal, développe via Twitter : "Une fois de plus, le maire de Lyon rompt l’équilibre entre transition écologique et justice sociale. Il aurait pu faire le choix de réduire ou de mettre entre parenthèses quelques projets, il fait le choix de faire porter aux lyonnais.es son ambition de satisfaire son seul électorat." Une certitude, le conseil municipal du 19 janvier prochain promet d'être animé.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 28 janvier 2023

Journal du28 janvier 2023

Journal du 21 janvier 2023

Journal du21 janvier 2023

Journal du 14 janvier 2023

Journal du14 janvier 2023

Journal du 07 janvier 2023

Journal du07 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?