AccueilEconomieImmobilier-TP-BâtimentImmobilier : un nouvel essor pour l'ancien

Immobilier : un nouvel essor pour l'ancien

Le premier semestre 2016 confirme l'embellie du marché de l'immobilier « seconde main », avec des prix qui varient toutefois considérablement selon la zone géographique et le type de bien.
Immobilier : un nouvel essor pour l'ancien
© Marco Saracco - Dans la Métropole, le prix moyen d'une transaction est de 243 600 EUR

EconomieImmobilier-TP-Bâtiment Publié le ,

Laforêt révèle son analyse semestrielle du marché immobilier de l’ancien. L'étude montre qu’après une année 2015 difficile, la Métropole de Lyon enregistre une reprise de ses transactions : 5 % dans le centre-ville, et jusqu’à 11 % dans l’Ouest lyonnais. « Côté acquéreurs, les primo-accédants sont toujours plus nombreux à se lancer, » détaille Yann Jehanno, directeur exécutif du réseau spécialiste de l’immobilier. Constituant à eux-seuls 39 % des transactions (presque à égalité avec les secundo-accédants, 43 %), ils bénéficient des conditions idéales qu’offre le marché. « Depuis le début de l’année, les primo-accédants sont plus nombreux dans la majorité des arrondissements lyonnais, à l’exception des 2e, 4e et 6e, où les prix restent dissuasifs », précise-t-on chez Laforêt.


Les prix, justement. Avec un coût au m2 de 3 398 €, le centre-ville affiche une stabilité tarifaire et progresse même de 3 % par rapport au premier semestre 2015. Surfant sur cette conjoncture favorable, la demande a augmenté de 14 % en un an. Aujourd’hui, les candidats à l’achat plébiscitent plus particulièrement les petites surfaces, et ce nouvel attrait entraîne logiquement une pénurie de biens à vendre, qui commence à se faire cruellement ressentir (- 18 % à Lyon au premier semestre).


Autre tendance forte : « Les transactions se concluent plus vite et suscitent moins de négociations », explique Yann Jehanno. À Lyon, les délais de vente atteignent 75 jours, ce qui ne doit pas masquer les disparités importantes qui persistent selon les logements et leur situation géographique. À titre d’exemple, il faut toujours 115 jours en moyenne pour conclure une vente dans l’Est lyonnais.
Un bilan très satisfaisant selon Laforêt, qui attend tout de même de « savoir comment la pression sur l’offre influencera les prix dans les mois à venir. »

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 05 août 2022

Journal du05 août 2022

Journal du 30 juillet 2022

Journal du30 juillet 2022

Journal du 23 juillet 2022

Journal du23 juillet 2022

Journal du 16 juillet 2022

Journal du16 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?