AccueilEconomieImmobilier-TP-BâtimentImmobilier : un nouvel essor pour l'ancien

Immobilier : un nouvel essor pour l'ancien

Le premier semestre 2016 confirme l'embellie du marché de l'immobilier « seconde main », avec des prix qui varient toutefois considérablement selon la zone géographique et le type de bien.
Immobilier : un nouvel essor pour l'ancien
© Marco Saracco - Dans la Métropole, le prix moyen d'une transaction est de 243 600 EUR

EconomieImmobilier-TP-Bâtiment Publié le ,

Laforêt révèle son analyse semestrielle du marché immobilier de l’ancien. L'étude montre qu’après une année 2015 difficile, la Métropole de Lyon enregistre une reprise de ses transactions : 5 % dans le centre-ville, et jusqu’à 11 % dans l’Ouest lyonnais. « Côté acquéreurs, les primo-accédants sont toujours plus nombreux à se lancer, » détaille Yann Jehanno, directeur exécutif du réseau spécialiste de l’immobilier. Constituant à eux-seuls 39 % des transactions (presque à égalité avec les secundo-accédants, 43 %), ils bénéficient des conditions idéales qu’offre le marché. « Depuis le début de l’année, les primo-accédants sont plus nombreux dans la majorité des arrondissements lyonnais, à l’exception des 2e, 4e et 6e, où les prix restent dissuasifs », précise-t-on chez Laforêt.


Les prix, justement. Avec un coût au m2 de 3 398 €, le centre-ville affiche une stabilité tarifaire et progresse même de 3 % par rapport au premier semestre 2015. Surfant sur cette conjoncture favorable, la demande a augmenté de 14 % en un an. Aujourd’hui, les candidats à l’achat plébiscitent plus particulièrement les petites surfaces, et ce nouvel attrait entraîne logiquement une pénurie de biens à vendre, qui commence à se faire cruellement ressentir (- 18 % à Lyon au premier semestre).


Autre tendance forte : « Les transactions se concluent plus vite et suscitent moins de négociations », explique Yann Jehanno. À Lyon, les délais de vente atteignent 75 jours, ce qui ne doit pas masquer les disparités importantes qui persistent selon les logements et leur situation géographique. À titre d’exemple, il faut toujours 115 jours en moyenne pour conclure une vente dans l’Est lyonnais.
Un bilan très satisfaisant selon Laforêt, qui attend tout de même de « savoir comment la pression sur l’offre influencera les prix dans les mois à venir. »

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?