AccueilServicesImmobilier - DCB International livre l’Atrium Gerland

Immobilier - DCB International livre l’Atrium Gerland

Les résilles métalliques se rencontrent de plus en plus souvent sur les immeubles tertiaires.

EconomieServices Publié le ,

A Grenoble, sur la ZAC Bouchayer, elles sont dorées. A Lyon-Confluence, on en trouve une orange. Comment vont-elles vieillir ? Sur le nouvel immeuble livré par le promoteur DCB International à l’angle des rues Crépet et Brun, dans le 7e arrondissement, elles sont blanches. Moins risqué peutêtre. En tout cas, elles donnent une certaine saveur à l’édifice. Question de goût. La SHAM, société lyonnaise (créée il y plus de 80 ans) leader dans les assurances et mutuelles du secteur médical, a aimé. Comme toutes les sociétés d’assurance (elle assure la responsabilité civile de 80 % des hôpitaux publics et 30 % des cliniques), elle a de l’argent à placer. Elle investit dans des sociétés et dans l’immobilier. Son patrimoine immobilier lyonnais est estimé à 150 M€ avec dix immeubles représentant 240 logements et 30 000 m2 de bureaux. Deux opérations majeures constituent le portefeuille tertiaire de la SHAM. D’une part, le bâtiment que le promoteur UTEI lui construit actuellement sur la ZAC de la Buire. D’autre part, l’Atrium Gerland, que vient de livrer le promoteur lyonnais DCB International. DCB avait d’abord trouvé un locataire pour son immeuble. Le Pôle Emploi a en effet pris à bail l’Atrium pour neuf ans, déménageant ici sa direction régionale, actuellement située cours Lafayette. DCB a ensuite trouvé en la SHAM, l’investisseur nécessaire à la concrétisation de l’opération, vendue 29,33 M€ HT actes en main.

Performance énergétique et Haute Qualité Environnementale

Le directeur général de la SHAM, Dominique Godet, indiquait lors de la réception du bâtiment, que l’Atrium Gerland, et ses 8 523 m2 Shon (R+5), avait été choisi car il correspondait aux exigences de l’organisme, à savoir une certaine personnalité et une certaine qualité, le tout dans un quartier d’avenir (ZAC des Girondins), relié dans quelques années à la Presqu’île via le pont des Girondins.
Côté personnalité, on a parlé de son aspect extérieur. A l’intérieur, le cabinet d’architectes Soho et les entreprises ont réussi à mêler classe et modernité. Les parements et cloisons se démarquent de ce que l’on voit ailleurs. Les portes coupefeu sont invisibles. Une belle terrasse est accessible depuis l’étage de direction. On trouve des salles de repas et de repos à tous les étages. Comme son nom l’indique, l’Atrium est organisé autour d’un… atrium de 175 m2. Et l’on peut passer d’un côté à l’autre grâce à des passerelles bien visibles dans les ascenseurs en verre.
Côté performance, l’Atrium est a priori le premier immeuble lyonnais certifié PEQA. Cette certification allie performance énergétique et Haute Qualité Environnementale. En l’occurrence, ici, le bâtiment atteint les performances de la RT 2012 avec une consommation estimée à 73 kWh/m2/an. Ce n’est pas ce qui se fait de mieux mais c’est près de deux fois moins qu’un bâtiment en RT 2005. Conséquence : les charges en chauffage/froid/éclairage/ventilation sont estimées à environ 4 €/m2/an.

Une moquette spéciale

La performance est naturellement atteinte par une conception (structure béton et façades rapportées à ossature bois) qui limite les ponts thermiques mais aussi par des systèmes performants : chaudière gaz à condensation, ventilation double flux, chauffage et froid provenant d’un plafond actif avec diffusion à travers une structure micro-perforée, lumière LED dans les couloirs, lumière des bureaux avec détection de présence…
D’autres éléments sont « plus originaux », comme les ascenseurs à récupération d’énergie ou la moquette, qui a été spécialement conçue pour cet immeuble, faisait remarquer Didier Caudard-Breille, président du groupe DCB. Cette moquette est spéciale car elle a une densité très élevée qui permet de stocker des calories, c’est-à-dire de prolonger l’inertie thermique du béton. Elle a également été pensée pour bien réfléchir la lumière naturelle et absorber les sons. Bref, la qualité du bâtiment est au rendez-vous. Les agents du Pôle Emploi, qui emménageront prochainement, pourront travailler dans des conditions optimales !

A.R

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?