AccueilEconomieImmobilier-TP-BâtimentImmobilier ancien : des niveaux records de transaction à Lyon et dans le Rhône

Immobilier ancien : des niveaux records de transaction à Lyon et dans le Rhône

Porté par une conjoncture redevenue favorable, le marché immobilier s’est inscrit à la hausse en 2021, atteignant des niveaux records de transaction, aussi bien au niveau national que dans le Rhône.
Immobilier ancien : des niveaux records de transaction à Lyon et dans le Rhône
Photo DR - Nicolas Bouscasse, président de la Chambre FNAIM du Rhône

EconomieImmobilier-TP-Bâtiment Publié le ,

A l’heure de dresser le bilan du marché immobilier en 2021, Nicolas Bouscasse, le président de la chambre FNAIM du Rhône, ne manque pas de motifs de satisfaction. Entre octobre 2020 et octobre 2021, en effet, 29 525 ventes ont été enregistrées dans l’ancien, soit une progression de 16 % par rapport à l’année précédente. Une progression qui confirme la tendance haussière constatée depuis plusieurs années.

"C’est somme toute très logique, analyse-t-il. Car les fondamentaux sont bons : Lyon est une ville étudiante attractive, une ville dont l’activité industrielle est dynamique, tout comme son marché tertiaire. Nous avons là tous les critères qui garantissent une forme de sécurité aux investisseurs."

La crise Covid, dont certains redoutaient les effets sur le marché immobilier, n’a finalement pas eu les effets annoncés. "Il n’y a pas eu d’impact sur les volumes de transactions, ni sur les prix. En revanche, l’impact structurel est évident. Les habitudes des acquéreurs potentiels ont changé", souligne-t-il.

Plus sélectifs, ces derniers se montrent plus attentifs à la qualité du DPE des biens qu’ils envisagent d’acheter. Ils incluent également plus volontiers dans leurs critères de sélection la présence d’un garage et d’un balcon.

Coup de frein sur l’augmentation des prix à Lyon

Certes toujours orientés à la hausse, les prix ne se sont pas envolés en 2021. En moyenne, au niveau national, le prix du mètre carré a progressé de 6,1 % pour les appartements. Rapportée aux grandes métropoles, la situation est très contrastée.

Pendant que Paris affiche une stabilité parfaite pour la première fois depuis très longtemps, dans les grandes métropoles l’augmentation varie entre + 2,2 % à Bordeaux et + 11,3 % à Strasbourg. Avec une hausse limitée à 3 %, Lyon semble amorcer un coup de frein. Plus encore si l’on compare avec ses voisines de Saint-Etienne et Grenoble, qui culminent respectivement à + 7,4 % et + 5,6 %.

"Dans l’ensemble du Rhône, la moyenne s’inscrit à + 4,1 % pour les appartements et à + 9,4 % pour les maisons", ajoute Nicolas Bouscasse. En dépit de ce petit coup de frein, le pouvoir d’achat immobilier des ménages n’a jamais été aussi bas à Lyon depuis 2000.

Dans ce contexte et avec des taux restants encore très attractifs, le président de la chambre FNAIM du Rhône se veut raisonnablement optimiste pour l’avenir. Il ne cache pas, cependant, que l’entrée en vigueur de l’encadrement des loyers pourrait modifier la donne dès 2022.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 21 mai 2022

Journal du21 mai 2022

Journal du 14 mai 2022

Journal du14 mai 2022

Journal du 07 mai 2022

Journal du07 mai 2022

Journal du 29 avril 2022

Journal du29 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?