AccueilEconomieImmobilier-TP-BâtimentImmobilier à Lyon : les prix en baisse, la fin de l’euphorie

Immobilier à Lyon : les prix en baisse, la fin de l’euphorie

A Lyon, les prix de l'immobilier ancien baissent légèrement et les acquéreurs négocient davantage. Les conditions de crédit, la performance énergétique des logements et l’encadrement des loyers ajoutent de la complexité.
Aujourd’hui, les acquéreurs négocient et obtiennent une baisse du prix du logement de -5 % à -15 % à Lyon et dans le Rhône.
© Séverine Renard - Aujourd’hui, les acquéreurs négocient et obtiennent une baisse du prix du logement de -5 % à -15 % à Lyon et dans le Rhône.

EconomieImmobilier-TP-Bâtiment Publié le ,

C'est la fin de l'euphorie pour l'immobilier à Lyon, avec un début de baisse des prix. Au 1er septembre, le prix moyen d’un appartement à Lyon s’élève à 4 893 €/m2, en baisse de -1,5 % sur un an. A l’échelle du Rhône, l’évolution annuelle s’affiche à +0,7 % à 3 835 €/m2.

"Les prix se stabilisent après une phase d’euphorie où les propriétaires fixaient les prix qu’ils voulaient. Aujourd’hui, les acquéreurs négocient et obtiennent de -5 % à -15 %", constate Lilian Baule, du Bureau Transaction de la Fnaim du Rhône.

Le marché immobilier à Lyon : un recul du nombre de ventes

Ce marché plus poussif transparaît aussi avec un recul des ventes de logements. A fin juin, 28 217 transactions avaient été enregistrées dans le Rhône, soit un retrait de -3,8 % sur un an.

Si la guerre en Ukraine, l’inflation, la remontée des taux d’intérêt pèsent sur le marché, Nicolas Bouscasse avance aussi d’autres explications et fait certaines mises en garde.

Le président de la Fnaim du Rhône note ainsi que le critère de Diagnostic de performance énergétique (DPE) supplante désormais tous les autres critères. Les logements classés F et G, véritables passoires énergétiques, représentent environ 13,6 % du parc dans le Rhône.

Encadrement des loyers à Lyon et Villeurbanne : un frein selon les professionnels

"Beaucoup de copropriétés sont techniquement dégradées et les aides à l’éco-rénovation ne sont pas suffisantes. Il y a un risque de blocage et le marché pourrait perdre des logements alors que certains secteurs sont déjà en sous-offre", affirme Nicolas Bouscasse qui fustige également l’encadrement des loyers.

"C’est une promesse électorale qui ne sert absolument pas le marché immobilier et qui sanctionne le dernier maillon de la chaîne. Certains propriétaires bailleurs n’ont pas d’autres choix que de vendre. Le marché locatif n’a jamais été aussi tendu. Dans nos agences, nous rencontrons des personnes désemparées qui ne trouvent pas à se loger", dépeint le professionnel.

Alors que 33 % des ménages dans le Rhône sont logés dans le secteur privé, contre 17 % dans le secteur social, Nicolas Bouscasse estime que "on est en train de tuer les investisseurs alors qu’ils sont une solution pour loger les ménages".

L'attractivité de Lyon reste forte

Après un exode post-Covid vers les campagnes, le phénomène inverse se produit. "Les propriétaires qui ont acheté un bien immobilier en grande périphérie lyonnaise sont confrontés à des déplacements trop chers et au manque d’infrastructures et d’équipements. Certains veulent revenir en première couronne ou même en ville", souligne le président.

"Quelque 3 000 Parisiens se sont également installés sur notre territoire", ajoute Lilian Baule. L’attractivité de Lyon reste forte.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 26 novembre 2022

Journal du26 novembre 2022

Journal du 19 novembre 2022

Journal du19 novembre 2022

Journal du 12 novembre 2022

Journal du12 novembre 2022

Journal du 04 novembre 2022

Journal du04 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?