Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Honda HR-V : dessine-moi des virages

le - - Automobile

Honda HR-V : dessine-moi des virages
D.R.

Avec quatre nouveautés, l'année ne se présente pas mal pour Honda, indéboulonnable premier motoriste mondial avec plus de 20 millions d'unités annuelles quant on ajoute le nautisme et le jardinage aux véhicules à 2 ou 4 roues. Au cours des six derniers mois, le constructeur japonais a introduit coup sur coup dans les vitrines de sa centaine de concessionnaires le CR-V de 4e génération, la Jazz de 3e génération, la Civic Type R « après cinq ans d'attente » et enfin le HR-V. Dans cette vague de sang neuf, chaque modèle innove plus ou moins.

Le CR-V, qui a encore abaissé ses niveaux de bruit et vibrations, continue de se distinguer dans sa catégorie par son agrément de conduite et son rapport habitabilité / encombrement. La Type R s’immisce dans le paddock des voitures de course avec ses 301 ch, ses 270 km/h et une accélération de 5’’7 au 0-100. Lucides, les journalistes du mensuel Echappement l’ont sacrée « sportive de l’année ».  De son côté, la Jazz n’a pas eu besoin de changer de silhouette pour mettre à disposition dans ses 4 m une énorme soute de 1 314 dm3.

Le Honda HR-V, voilà en vérité le nouveau venu. Assemblé au Mexique, il a pris d’abord la route des USA où il remplit avec entrain ses carnets de commandes. A quelques centimètres près, ses 4,30 m de long et son coffre de 470 dm3 reproduisent les dimensions du Renault Scénic. Mais les deux véhicules se ressemblent aussi peu que possible. Un vitrage réduit, haut placé dans la silhouette, génère un HR-V massif dans les canons des SUV de dernière génération. L’habitacle conjugue espace et confidentialité. Enfoncé jusqu’aux épaules, l’occupant devra renoncer à voyager le coude à la portière mais la place ne manque ni aux jambes, à l’avant comme à l’arrière, ni aux coudes entre conducteur et passager. A l’arrière, les « sièges magiques » de Honda convainquent une fois de plus.

Le premier modèle pris en main associait le 4 cylindres 1.5 à injection directe d’essence (130 ch et 150 Nm) à une boîte CVT à variation continue et sept rapports : de 0 à 187 km/h. A la mise en marche au parking, il faut jeter un coup d’œil au compte-tours pour s’assurer que le moteur tourne ! A défaut d’ardeur et de fureur (11’’2 au 0-100), le véhicule « enroule » avec une extrême docilité en usage urbain et péri-urbain. Une bonne volonté que le véhicule ne fait pas payer puisque la consommation homologuée se révèle inférieure à celle du HR-V à boîte manuelle : 5,2 litres contre 5,6.

En bas de la planche de bord, un bouton ECON réduit la dépense en carburant : accélérateur « amorti » et clim au ralenti. Autour du compteur de vitesse, un jonc lumineux vert jusqu’à 1 800 tours passe au bleu quand la cavalerie rapplique puis au rouge quand elle se déchaîne. Autre motorisation au catalogue : un diesel de 120 ch et 300 Nm s’associe exclusivement à une boîte manuelle à 6 rapports. Réactif et économe avec une consommation de 3,8 litres, ce 1.6 se distingue à peine par sa sonorité.

Qu’il brûle du gazole ou du super, le petit SUV de Honda taille la route sans l’aplanir. Rendant précisément compte des ondulations et accidents de revêtement, il s’acquitte avec maestria des itinéraires sinueux. Une maestria en quelque sorte communicative puisque le volant ne détermine pas seulement l’angle de braquage. Sans que le conducteur le perçoive, un freinage ralentit les roues intérieures au virage. Au retour du volant vers le point zéro, ce sont les roues extérieures qui en bénéficient. A l’entrée puis à la sortie, le véhicule s’empresse de se caler sur la trajectoire induite.

Le HR-V sort d’usine hyper équipé et connecté. Au prix plancher, il intègre déjà aide au démarrage en côte, freinage d’urgence en ville, clim automatique, régulateur-limiteur de vitesse, allumage automatique des feux, toutes vitres et rétros électriques, jantes alliage et téléphone Bluetooth. La gamme s’étale de 21 000 à 27 620 €, avec un premier diesel à 23 300 €.




Fabien RIVIER
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer