AccueilCultureSpectacle vivantHommage de Norah Krief à Oum Kalsoum au TNP

Hommage de Norah Krief à Oum Kalsoum au TNP

Au TNP, Norah Krief s'empare du plateau pour donner à voir un vibrant hommage à Oum Kalsoum. Fragile et fort !
Hommage de Norah Krief à Oum Kalsoum au TNP
Jean-Louis Fernandez - Al Atlal

CultureSpectacle vivant Publié le ,

Al Atlal est un poème de Ibrahim Nagi, considéré par les spécialistes comme l'un des 20 plus beaux poèmes de langue arabe. Al Atlal est également une fameuse adaptation musicale du texte par l'« astre d'orient », la chanteuse Oum Kalsoum. Al Atlal c'est enfin le titre du projet qu'a porté Norah Krief cette année, une création de la Comédie de Valence au festival Passages à Metz au printemps dernier qui fait étape dans le petit théâtre du TNP avant d'entamer une tournée française et internationale.

Un spectacle entre récital et théâtre, où la comédienne tient le plateau avec presque rien. Rien d'autre qu'une présence folle et trois fidèles musiciens qui l'assistent. Tandis que l'oudiste égrène quelques notes de musique, on entend le claquement léger des talons aiguille de la comédienne qui s'installe dans une pénombre orangée. Elle empoigne littéralement le micro avec pourtant une grâce toute légère et s'adresse à sa mère.

Elle évoque l'odeur des grains de café lentement réduits en poudre, ce geste de « concasser au mortier ton café, le moudre fin comme de la farine tu me disais, le mettre dans ta zazoua sur le feu doux du kanoun, ajouter une goutte d'eau de fleur d'oranger » avant de se laisser envahir par une mélodie lointaine, ce poème des « vestiges d'un amour et le rêve d'un paradis perdu » aux accents à la fois mélancoliques et sensuels.

Norah Krief l'habite d'une fragilité toujours à la limite de la rupture, « ce quart de ton si difficile » dont elle s'amuse elle-même avec le public. Portée par une scénographie minimale composée d'un rideau de franges, de boules à facettes et de lumières savamment composées de Jean-Jacques Baudouin, elle donne vie à la poésie de Nagi en évoquant délicatement celle qu'on qualifie de plus grande chanteuse arabe de tous les temps, lui rendant hommage par un engagement sans faille, muscles tendu et, chair palpitante sous la peau des bras nus.

Salle Jean Bouise, TNP, jusqu'au 23 décembre, www.tnp-villeurbanne.com

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 15 janvier 2022

Journal du15 janvier 2022

Journal du 06 janvier 2022

Journal du06 janvier 2022

Journal du 01 janvier 2022

Journal du01 janvier 2022

Journal du 23 décembre 2021

Journal du23 décembre 2021

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?