AccueilCultureSpectacle vivantHome Alone, de la danse à voir et à vivre à la Maison de la danse

Home Alone, de la danse à voir et à vivre à la Maison de la danse

Alessandro Sciarroni n'est pas un inconnu dans la capitale des Gaules. Découvert par le public lyonnais lors des deux dernières éditions de la Biennale de la danse, en 2014 pour une création et la présentation d'une pièce ancienne et en 2016 avec une étourdissante production pour le Ballet de l'Opéra de Lyon, TURNING_motion sickness version.
Home Alone, de la danse à voir et à vivre à la Maison de la danse
Ballet de Rome

CultureSpectacle vivant Publié le ,

Il ouvre l'année avec un spectacle tous publics, Home Alone, mettant en scène une danseuse et son double virtuel, jouant ainsi avec les outils numériques comme il l'avait déjà expérimenté avec Joseph_Kids (la pièce présentée à la biennale). Il faut dire que Alessandro Sciarroni est un touche-à-tout même s'il approfondit toujours ses sujets. Ainsi, alors que Joseph Kids confrontait un homme à son double virtuel, ici c'est une femme qui s'affronte à son image, qui en joue aussi.

Seule sur scène face à sa webcam, une danseuse s'exerce, saute, improvise. Elle s'amuse avec son reflet et le déforme, utilise les effets spéciaux de son ordinateur, surfe sur Skype, se transformant sur l'écran. Rejointe par un double virtuel puis réel, ils expérimentent ensemble le potentiel des effets du numérique avant d'inviter les spectatrices et les spectateurs à les rejoindre sur scène pour un partage ludique et profond sur la question du miroir et de l'image inversée qu'elle renvoie.

Une question philosophique qui innerve tout le travail de cet artiste qui, au départ ne vient pas de la danse, mais des arts plastiques et qui pourtant est l'un de ceux qui questionnent le mouvement avec le plus d'acuité.

Chacune de ses pièces interroge les archétypes de façon extrêmement rigoureuse et précise tout en ménageant toujours un dispositif visuel, scénique et émotionnel puissant.

Telles ces toupies folles et tellement troublantes qu'il a fait tourner sans discontinuer sur les planches de l'Opéra en septembre 2016, procurant aux interprètes du ballet et au public une expérience unique.

Gallia Valette-Pilenko

Maison de la danse, 10 et 13 janvier, Journée On danse en famille le 13 janvier de 13h à 19h, www.maisondeladanse.com

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 22 janvier 2022

Journal du22 janvier 2022

Journal du 15 janvier 2022

Journal du15 janvier 2022

Journal du 06 janvier 2022

Journal du06 janvier 2022

Journal du 01 janvier 2022

Journal du01 janvier 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?