AccueilSpectacle vivantHip-hop au sommet

Hip-hop au sommet

Pockemon crew revient avec une nouvelle pièce, fraîchement créée à Suresnes cités danse, #hashtag. En compagnie d'un incroyable crew coréen, Morning of Owl, que le collectif lyonnais a déjà affronté en battle.
Hip-hop au sommet
Didier Michalet

CultureSpectacle vivant Publié le ,

Tout le monde les connaît. Ils ont récemment fait l'ouverture du grand stade, et sont toujours les plus titrés du monde en battle. Les Pockemon, comme tout le monde les surnomme, ce sont dix gars qui ont fait leurs classes sur le parvis de l'Opéra avant d'y entrer par la grande porte. Dix danseurs hip-hop rompus à toutes les techniques qui gagnent tout (ou presque) depuis 2002, écumant les compétitions du monde entier, tout en développant une activité intense de création. Sans subventions ou presque, puisque la compagnie vit avec 90 % de recettes propres (une sacrée leçon aux compagnies subventionnées !). Et qu'elle est toujours portée par ses fondateurs dont Riyad Fghani, le chorégraphe, devenu l'élément fédérateur du groupe.


Pour cette nouvelle pièce, celui-ci s'inspire de nos modes de vie et se penche sur l'usage du smartphone dans nos sociétés hyper-connectées. Il envisage le #hashtag comme symbole de la liberté d'expression, le Peace and love des années 2010, mais aussi comme le symbole ultime de l'individualisme forcené, qui « impacte fortement notre comportement ». En voyant des scènes étranges et cocasses, dans la rue, dans le métro et autres espaces publics, il a eu envie d'en tirer le potentiel burlesque et incongru. La version courte, présentée à Suresnes et à la Maison de la danse, sera retravaillée pour une création à l'automne prochain.
Les Pockemon partagent l'affiche avec le crew coréen Morning of Owl (année de la Corée oblige), un groupe qui développe un hip-hop virtuose dans une pièce qui raconte « le choc de l'urbain et de l'humain ». Morning of Owl, qui partage les valeurs des Pockemon puisque comme eux, ce groupe réunit des amis autour d'une passion commune, va enflammer la Maison de la danse avec sa gestuelle singulière et ses vertigineuses prouesses. À n'en pas douter, une soirée explosive !


Maison de la danse, 3 au 6 février,

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?