AccueilServicesHenri Giscard-d'Estaing : «Nous ouvrirons un resort par an dans les Alpes »

Henri Giscard-d'Estaing : «Nous ouvrirons un resort par an dans les Alpes »

Henri Giscard-d'Estaing : «Nous ouvrirons un resort par an dans les Alpes »
© : DR - "L'image des "bronzés font du ski" a vécu mais l'esprit Club Med perdure".

EconomieServices Publié le ,

Nous venons d’assister à la pose symbolique de la 1ere pierre du futur resort de Samoëns… Qu’est-ce qui a motivé votre choix ?

Regardez autour de vous… Le site est magnifique avec une vue à 360 degrés sur la nature et les sommets environnants. Son emplacement privilégié sur le plateau des Saix, au cœur des Alpes françaises et du domaine skiable du Grand Massif, est un atout incontestable, qui permettra départ et retour skis aux pieds. Ce resort, ouvert été comme hiver, livré en décembre 2017, aura une capacité d’accueil de 420 chambres (1 100 lits touristiques). Il sera, et j’en ai la certitude, un de nos plus beaux resorts dans le monde dédiés aux familles. Il offrira chambres, suites et 45 appartements-chalets (d’ici à décembre 2018), mais aussi des activités ski et hors-ski (espace bien-être avec spa et piscines). Et, bien sûr, 120 à 150 GO pour faire le bonheur de nos clients.


À combien s’élève le montant des investissements ?

Au global, 120 M€ seront investis dans le resort, les chalets et le bâtiment qui abritera le personnel saisonnier. Le financement, pour la part fonds propres, est assuré par Foncière des régions et les Assurances du Crédit Mutuel, chacun pour moitié. Sur les 40 M€ de travaux déjà attribués à des fournisseurs, 32 M€ l’ont été à des entreprises locales. Au-delà, ce nouveau Club Med créera 400 emplois directs, dont 60 moniteurs de ski. De son côté, la société des remontées mécaniques GMDS s’est engagée à développer et à moderniser son domaine skiable à hauteur de 70 M€ dans les cinq ans.


Le premier d’une longue série, puisque vous annoncez l’ouverture d’un Club Med par an dans les Alpes à partir de décembre 2017…

Plusieurs resorts haut de gamme verront le jour dans les Alpes françaises, où nous exploitons déjà 17 villages (celui de Samoëns compris) sur les 70 disséminés dans le monde. Le prochain, destiné à la clientèle française et internationale, ouvrira aux Arcs en décembre 2018. Il s’agira d’un village 4 Tridents comptant plus de 1 000 lits, et à l’origine de la création de 900 emplois directs et indirects. D’autres projets sont déjà bien avancés à Avoriaz et Tignes (et à San Sicario sur le domaine franco-italien de Vialattea), et ailleurs, notamment à Saint-Gervais, La Clusaz, La Rosière, Valloire et Venosc, où nous avons engagé un dialogue avec les municipalités.


Qu’adviendra-t-il du Club Med de Chamonix, dont la fermeture est programmée en 2018, faute d’investissements ?

Nous souhaitons trouver une solution mais le sujet est complexe. Ce village doit être entièrement rénové et surtout agrandi. Nous sommes actuellement en pourparlers avec la municipalité mais aujourd’hui, rien n’est acté.


Comment garantir la rentabilité quand la saison d’hiver ne dure que 100 jours ?

Pour chaque resort, nous investissons en moyenne 100 M€, le modèle du Club Med et du resort ne fonctionnant que sur des très grosses capacités. Cela sous-entend des unités de 1 000 lits au minimum, d’où un coût unitaire élevé. Et ces villages ne peuvent être rentables à terme que si nous travaillons sur les ailes de saisons, notamment l’été, et que nous élaborons des produits adaptés aux besoins des familles. Dans cette logique, tous les nouveaux Club Med auront vocation à ouvrir l’été.


Cette stratégie vise-t-elle aussi à contribuer à la relance de la montagne française ?

Tout un écosystème doit être mis en place pour remettre la montagne à la mode l’été, et apporter une expérience qui soit unique. Le chemin est encore long mais si tout le monde s’engage avec détermination et solidarité, nous y parviendrons.

250 personnes travaillent actuellement sur le chantier du futur Club Med à Samoëns. Les travaux n’ont démarré qu’à la mi-mai en raison de batailles juridiques avec les riverains.

4,9 M€ : ce sont les dépenses générées par les clients et le personnel du Club Med de Valmorel, au terme de la première année d’ouverture (en 2012).

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?